"Je suis assez satisfait", a-t-il confié. "Je n'avais pas joué un seul match sur gazon avant d'arriver ici. J'avais choisi de rester à la maison et de travailler ma condition physique. Bref, c'est positif. Les gens s'imaginent toujours que comme je suis grand, je ne dois pas faire trop d'effort. Mais je ne me contente pas juste de frapper quelques services. J'essaie toujours de faire évoluer mon jeu et c'est peut-être pour ça qu'à 33 ans, je joue mon meilleur tennis. Ma victoire au tournoi de Miami (NdlR : où il battu Juan Martin Del Potro et Alexander Zverev) l'a prouvé." John Isner reconnaît, cela dit, que sa taille est un avantage dans le tennis moderne. "Même si je devais jouer dans la boue, j'aimerais avoir mon service", sourit-il ainsi. Pourtant, pour une raison ou l'autre, l'Américain n'a jamais réussi à dépasser le stade du troisième tour à Wimbledon. Ruben Bemelmans ne partira donc pas battu d'avance. D'autant que le droitier de Greensboro a avoué lundi à Londres qu'il "n'aime pas jouer contre les gauchers." "Les gauchers sont un mal nécessaire dans le tennis", sourit-il. "Pourquoi ? Parce qu'ils sont différents. C'est comme les lanceurs gauchers en baseball. C'est très difficile de bien frapper la balle, car les effets sont différents. Et le gazon est une surface délicate pour se mesurer à un gaucher. Nadal est évidemment le pire de tous. Je ne l'ai d'ailleurs jamais battu. Et ce n'était pas faute d'essayer. Le gazon étant la meilleure surface de Bemelmans, je m'attends à avoir les mains pleines contre lui." . (Belga)

"Je suis assez satisfait", a-t-il confié. "Je n'avais pas joué un seul match sur gazon avant d'arriver ici. J'avais choisi de rester à la maison et de travailler ma condition physique. Bref, c'est positif. Les gens s'imaginent toujours que comme je suis grand, je ne dois pas faire trop d'effort. Mais je ne me contente pas juste de frapper quelques services. J'essaie toujours de faire évoluer mon jeu et c'est peut-être pour ça qu'à 33 ans, je joue mon meilleur tennis. Ma victoire au tournoi de Miami (NdlR : où il battu Juan Martin Del Potro et Alexander Zverev) l'a prouvé." John Isner reconnaît, cela dit, que sa taille est un avantage dans le tennis moderne. "Même si je devais jouer dans la boue, j'aimerais avoir mon service", sourit-il ainsi. Pourtant, pour une raison ou l'autre, l'Américain n'a jamais réussi à dépasser le stade du troisième tour à Wimbledon. Ruben Bemelmans ne partira donc pas battu d'avance. D'autant que le droitier de Greensboro a avoué lundi à Londres qu'il "n'aime pas jouer contre les gauchers." "Les gauchers sont un mal nécessaire dans le tennis", sourit-il. "Pourquoi ? Parce qu'ils sont différents. C'est comme les lanceurs gauchers en baseball. C'est très difficile de bien frapper la balle, car les effets sont différents. Et le gazon est une surface délicate pour se mesurer à un gaucher. Nadal est évidemment le pire de tous. Je ne l'ai d'ailleurs jamais battu. Et ce n'était pas faute d'essayer. Le gazon étant la meilleure surface de Bemelmans, je m'attends à avoir les mains pleines contre lui." . (Belga)