"Oui, c'est exact. Je suis le nouveau coach d'Osaka", a-t-il confié. "Je suis arrivé début décembre à Los Angeles, où j'ai été présenté à son imposant groupe de sponsors. Ensuite, nous nous sommes mis au travail. J'avais été contacté par son entourage il y a quelques semaines alors que j'étais encore avec Azarenka. Son manager voulait connaître mes projets. J'en ai directement parlé à "Vika" et vu que son avenir était très incertain, elle ne jouera pas en Australie en raison de problèmes privés, j'ai accepté." Avec Naomi Osaka, Wim Fissette tient en effet une nouvelle pépite. Le Limbourgeois, qui a déjà eu sous sa coupe des joueuses du calibre de Kim Clijsters, Simona Halep et Angelique Kerber, trouve avec la Japonaise une fille qui, à 22 ans, a déjà remporté deux levées du Grand Chelem, l'US Open en 2018 et l'Australian Open en janvier 2019, et occupé la place de N.1 mondiale. "Ma réaction a directement été que c'est le meilleur job possible à l'heure actuelle dans le tennis féminin", a-t-il poursuivi. "Osaka est une joueuse très intéressante. Elle est jeune, a déjà signé de grands résultats et est promise à un très bel avenir. Sa personnalité m'attirait également. C'est une fille assez introvertie, mais très intelligente. Je suis impressionné par son approche intellectuelle du tennis, ainsi bien entendu que par ses capacités physiques. Elle fait plus que frapper fort au service et en coup droit. Elle se déplace aussi remarquablement et analyse très bien le jeu. Je suis ravi de cette opportunité et vais tout faire pour rendre cette collaboration des plus fructueuses." (Belga)

"Oui, c'est exact. Je suis le nouveau coach d'Osaka", a-t-il confié. "Je suis arrivé début décembre à Los Angeles, où j'ai été présenté à son imposant groupe de sponsors. Ensuite, nous nous sommes mis au travail. J'avais été contacté par son entourage il y a quelques semaines alors que j'étais encore avec Azarenka. Son manager voulait connaître mes projets. J'en ai directement parlé à "Vika" et vu que son avenir était très incertain, elle ne jouera pas en Australie en raison de problèmes privés, j'ai accepté." Avec Naomi Osaka, Wim Fissette tient en effet une nouvelle pépite. Le Limbourgeois, qui a déjà eu sous sa coupe des joueuses du calibre de Kim Clijsters, Simona Halep et Angelique Kerber, trouve avec la Japonaise une fille qui, à 22 ans, a déjà remporté deux levées du Grand Chelem, l'US Open en 2018 et l'Australian Open en janvier 2019, et occupé la place de N.1 mondiale. "Ma réaction a directement été que c'est le meilleur job possible à l'heure actuelle dans le tennis féminin", a-t-il poursuivi. "Osaka est une joueuse très intéressante. Elle est jeune, a déjà signé de grands résultats et est promise à un très bel avenir. Sa personnalité m'attirait également. C'est une fille assez introvertie, mais très intelligente. Je suis impressionné par son approche intellectuelle du tennis, ainsi bien entendu que par ses capacités physiques. Elle fait plus que frapper fort au service et en coup droit. Elle se déplace aussi remarquablement et analyse très bien le jeu. Je suis ravi de cette opportunité et vais tout faire pour rendre cette collaboration des plus fructueuses." (Belga)