"J'ai eu une année fantastique avec Angie, mais lorsque nous avons discuté de la reconduction du contrat, avant le Masters à Singapour, nous n'avons pas pu trouver un terrain d'entente", a-t-il raconté dimanche à Belga. "Elle a dès lors décidé de partir seule à Singapour. Ce sont des choses qui arrivent et dont le grand public n'a pas connaissance. J'ai dès lors examiné d'autres options et je savais très vite ce que je voulais. Cela n'a donc rien à voir avec l'aspect sportif. C'est financièrement que cela a capoté hélas, car j'aurais bien aimé continuer avec elle. Mais nos exigences étaient trop différentes". Wim Fissette connaît bien Vika Azarenka pour l'avoir coachée de février 2015 à mai 2016 avant que la Bélarusse, enceinte, ne doive mettre sa carrière entre parenthèses. "J'ai toujours eu le sentiment que le meilleur était encore à venir, mais je n'ai en soi pas pu finir mon travail. Nous étions bien partis, car elle avait déjà signé quelques excellents résultats (Ndlr: victoires à Brisbane, Indian Wells et Miami en 2016). Le courant est toujours très bien passé entre nous. Elle n'a plus joué au top niveau depuis deux ans, mais elle montre de très belles choses à l'entraînement. J'espère donc que cela va continuer". (Belga)

"J'ai eu une année fantastique avec Angie, mais lorsque nous avons discuté de la reconduction du contrat, avant le Masters à Singapour, nous n'avons pas pu trouver un terrain d'entente", a-t-il raconté dimanche à Belga. "Elle a dès lors décidé de partir seule à Singapour. Ce sont des choses qui arrivent et dont le grand public n'a pas connaissance. J'ai dès lors examiné d'autres options et je savais très vite ce que je voulais. Cela n'a donc rien à voir avec l'aspect sportif. C'est financièrement que cela a capoté hélas, car j'aurais bien aimé continuer avec elle. Mais nos exigences étaient trop différentes". Wim Fissette connaît bien Vika Azarenka pour l'avoir coachée de février 2015 à mai 2016 avant que la Bélarusse, enceinte, ne doive mettre sa carrière entre parenthèses. "J'ai toujours eu le sentiment que le meilleur était encore à venir, mais je n'ai en soi pas pu finir mon travail. Nous étions bien partis, car elle avait déjà signé quelques excellents résultats (Ndlr: victoires à Brisbane, Indian Wells et Miami en 2016). Le courant est toujours très bien passé entre nous. Elle n'a plus joué au top niveau depuis deux ans, mais elle montre de très belles choses à l'entraînement. J'espère donc que cela va continuer". (Belga)