Wesley à propos...

...des play-offs : "Physiquement, je suis au top. Je me sens mieux de jour en jour. Je kiffe les play-offs, c'est chouette que tous ces gros matches se succèdent aussi vite. Tu n'as pas le temps de réfléchir, tu gagnes, tu perds, c'est directement reparti pour le match suivant. Il faut directement se concentrer sur l'objectif qui suit. Et puis, contre les grandes équipes, je suis toujours bon. (Il rigole). Allez, disons que c'est la plupart du temps comme ça."

...d'un futur transfert : "Je pense bien que je suis prêt à passer un palier. Et je ne suis pas le seul. Il y a d'autres joueurs de Bruges qui ont montré qu'ils avaient le niveau pour jouer dans un meilleur club. Mais bon, on est toujours au Club, on ne doit pas se laisser distraire par tout ça. En janvier, je savais qu'il y avait plein d'équipes qui me suivaient. Notamment la Lazio. Mon agent est allé trouver le président, qui lui a dit que je devais rester. Et ça m'a fait plaisir, vraiment. Ici, je connais tout le monde, je m'entends bien avec tout le monde. Je ne vais pas rester toute ma vie à Bruges mais je vois que je peux être champion de Belgique pour la troisième fois, ce serait le quatrième titre de ma carrière."

...du titre de meilleur buteur : "Samatta joue un peu comme Diaby chez nous l'année passée. Il cherche les espaces, il joue moins en puissance. C'est peut-être pour ça qu'il a plus d'occasions de but que moi, parce qu'on le laisse plus souvent seul. Et pour ça qu'il marque plus. Je dois travailler dans ce sens-là, chercher des espaces, partir en profondeur au lieu de demander le ballon dans les pieds. Vu ma vitesse, ça devrait pouvoir se faire. Si je suis plus complet ? Aucune idée. Mais je trouve que je suis meilleur que Samatta."

...de l'équipe nationale brésilienne : "La Ligue des Champions a ouvert des portes. Maintenant, les journaux brésiliens écrivent des articles sur moi. C'est surtout mon but contre Monaco qui a changé les choses. Cet été, la Copa América se disputera au Brésil. Ce serait fantastique d'être dans l'équipe. Mais bon, je ne serai pas dans le trente-sixième dessous si ça ne se fait pas. À condition qu'on soit champions..."

Par Peter T'Kint

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Wesley dans votre Sport/Foot Magazine