On se souvient combien avait été réussie la reprise à Wavre le 19 septembre. Eh bien c'est à nouveau au Fight Off Training Center que le gong va résonner le samedi 5 décembre, dans le zoning industriel de la cité du Maca. Et encore une fois grâce à l'imagination débordante et au jusqu'au boutisme des organisateurs (12 Rounds Promotion), qui n'ont pas jeté l'éponge de dépit après les annulations du 17 octobre et du 7 novembre. Tous les participants - il y aura huit combats Elites - subiront ainsi un premier test de dépistage au Covid-19 le mercredi, puis un second le vendredi, jour de la pesée, avant une quarantaine de 24 heures dans un hôtel voisin, jusqu'au début du gala. Pas une petite affaire, donc. Par rapport au 19 septembre il y a un plus, et un moins. Le plus, c'est le programme, somptueux. Trois ceintures et non des moindres, seront en effet en jeu. Et le moins, c'est que cette fois il y aura zéro spectateur, même s'ils sont espérés en nombre sur Facebook (coût du streaming 9,99 euros). Trois titres seront donc décernés. Femke Hermans, 30 ans, pourrait ainsi devenir championne d'Europe EBU des poids super-moyens (entre 72,574 et 76,203 kg), ce qu'espère également la Russe Luiza Davydova, 29 ans, et monter sur le trône actuellement vacant. Antoine Vanackère, 25 ans, champion de la Ligue Francophone, devra lui s'imposer face au Croate Ivan Njegac, pour voir son nom s'ajouter à la liste des champions de Belgique des super-légers (entre 61,237 et 63,503 kg). Miko Khatchatryan, 25 ans, invaincu en dix combats, tous victorieux, tentera pour sa part d'apparaître au palmarès des champions de Belgique des légers (entre 58,967 et 61,237 kg), en battant l'Argentin Damian Leonardo Yapur (33 ans). Enfin, Hovo Martirosyan (contre le Serbe Milan Delic) et Stefan Voda (qui affrontera un autre Serbe, Marko Petrovic), tous les deux invaincus à ce jour, figurent également au menu uniquement pugilistique de la soirée, vu qu'il n'y a forcément pas de repas prévu cette fois. (Belga)

On se souvient combien avait été réussie la reprise à Wavre le 19 septembre. Eh bien c'est à nouveau au Fight Off Training Center que le gong va résonner le samedi 5 décembre, dans le zoning industriel de la cité du Maca. Et encore une fois grâce à l'imagination débordante et au jusqu'au boutisme des organisateurs (12 Rounds Promotion), qui n'ont pas jeté l'éponge de dépit après les annulations du 17 octobre et du 7 novembre. Tous les participants - il y aura huit combats Elites - subiront ainsi un premier test de dépistage au Covid-19 le mercredi, puis un second le vendredi, jour de la pesée, avant une quarantaine de 24 heures dans un hôtel voisin, jusqu'au début du gala. Pas une petite affaire, donc. Par rapport au 19 septembre il y a un plus, et un moins. Le plus, c'est le programme, somptueux. Trois ceintures et non des moindres, seront en effet en jeu. Et le moins, c'est que cette fois il y aura zéro spectateur, même s'ils sont espérés en nombre sur Facebook (coût du streaming 9,99 euros). Trois titres seront donc décernés. Femke Hermans, 30 ans, pourrait ainsi devenir championne d'Europe EBU des poids super-moyens (entre 72,574 et 76,203 kg), ce qu'espère également la Russe Luiza Davydova, 29 ans, et monter sur le trône actuellement vacant. Antoine Vanackère, 25 ans, champion de la Ligue Francophone, devra lui s'imposer face au Croate Ivan Njegac, pour voir son nom s'ajouter à la liste des champions de Belgique des super-légers (entre 61,237 et 63,503 kg). Miko Khatchatryan, 25 ans, invaincu en dix combats, tous victorieux, tentera pour sa part d'apparaître au palmarès des champions de Belgique des légers (entre 58,967 et 61,237 kg), en battant l'Argentin Damian Leonardo Yapur (33 ans). Enfin, Hovo Martirosyan (contre le Serbe Milan Delic) et Stefan Voda (qui affrontera un autre Serbe, Marko Petrovic), tous les deux invaincus à ce jour, figurent également au menu uniquement pugilistique de la soirée, vu qu'il n'y a forcément pas de repas prévu cette fois. (Belga)