Que retenez-vous de l'année 2013 ?

Jelle Vossen: La victoire en Coupe a été superbe mais je suis également satisfait du parcours de Genk en Coupe d'Europe. Nous pouvons être très fiers de passer deux hivers consécutifs au chaud sur cette scène. Ce n'est pas évident. Regardez le Standard, qui a pris un point dans une poule pourtant plus accessible que la nôtre.

(...)

Qui est l'homme de l'année ? Stromae, Edward Snowden... ou Marc Wilmots?

Wilmots. Quand une équipe ne tourne pas, l'entraîneur est visé. Puisque tout va bien, soulignons ses mérites. Il a accompli sa mission en nous qualifiant pour le Mondial après 12 ans de disette. J'espère qu'il sera encore l'homme de l'année dans douze mois, après un Mondial réussi.

Peut-être allez-vous remporter le Soulier d'Or?

L'année dernière, j'avais prédit la victoire de Mbokani et cette année, Thorgan Hazard est le favori. Donc, je ne l'aurai pas.

Mais vous entrez en ligne de compte?

Oui, car ce trophée est lié aux prix gagnés avec son club. J'ai été important dans la campagne de Coupe, en demi-finales contre Anderlecht comme en finale contre le Cercle et cette saison, nous sommes encore présents sur les trois fronts. En plus, je score en moyenne un but tous les deux matches. Ce sont deux arguments solides.

(...)

Vous avez été repris pendant toute la campagne des Diables, sauf dans la dernière ligne droite. Cela a dû vous chagriner ?

J'ai été très déçu. Je n'ai pas joué une seconde pendant les qualifications mais je faisais quand même partie du groupe. Je continue à travailler, dans ces moments-là. Finalement, j'ai été repris contre la Colombie et le Japon.

D'où avez-vous suivi le match décisif contre la Croatie ?

Dans un café à Hasselt. Voir mes coéquipiers danser à l'issue du match m'a fait mal au coeur. Je ne dis pas que je dois être titulaire mais j'ai ma place dans le noyau, surtout quand on analyse mes statistiques des trois dernières années.

Plus encore que ces chiffres, il y a votre expérience, votre mentalité. Vous savez ce dont un groupe a besoin pour connaître le succès ou comment vous comporter dans les moments importants, ce qui est moins le cas d'un Michy Batshuayi et d'un Thorgan Hazard.

Je le pense aussi. Il faut vivre ensemble deux mois. Ce n'est pas un problème tant que les résultats suivent mais dans le cas contraire, la frustration prendra le dessus. Je suis assez réaliste pour connaître ma place dans cette sélection qui recèle tant de qualités et je ne serai jamais source de problèmes.

Le Mondial a certainement pesé dans votre décision de rester à Genk cette saison. Par la suite, pourriez-vous changer d'avis?

Je n'en ai jamais fait un secret: je voulais être sûr de jouer, en prévision du Mondial. Cela reste ma priorité les six prochains mois. Ce n'est pas le moment de faire des folies. Si un club m'approche cet été, je ne pense pas que Genk fera des difficultés, compte tenu de ce que je représente pour lui. Je lui ai déjà rapporté de l'argent en Ligue des Champions et en Europa League.

Par Matthias Stockman

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jelle Vossen dans votre Sport/Foot Magazine

Que retenez-vous de l'année 2013 ?Jelle Vossen: La victoire en Coupe a été superbe mais je suis également satisfait du parcours de Genk en Coupe d'Europe. Nous pouvons être très fiers de passer deux hivers consécutifs au chaud sur cette scène. Ce n'est pas évident. Regardez le Standard, qui a pris un point dans une poule pourtant plus accessible que la nôtre.(...)Qui est l'homme de l'année ? Stromae, Edward Snowden... ou Marc Wilmots?Wilmots. Quand une équipe ne tourne pas, l'entraîneur est visé. Puisque tout va bien, soulignons ses mérites. Il a accompli sa mission en nous qualifiant pour le Mondial après 12 ans de disette. J'espère qu'il sera encore l'homme de l'année dans douze mois, après un Mondial réussi.Peut-être allez-vous remporter le Soulier d'Or?L'année dernière, j'avais prédit la victoire de Mbokani et cette année, Thorgan Hazard est le favori. Donc, je ne l'aurai pas.Mais vous entrez en ligne de compte?Oui, car ce trophée est lié aux prix gagnés avec son club. J'ai été important dans la campagne de Coupe, en demi-finales contre Anderlecht comme en finale contre le Cercle et cette saison, nous sommes encore présents sur les trois fronts. En plus, je score en moyenne un but tous les deux matches. Ce sont deux arguments solides.(...)Vous avez été repris pendant toute la campagne des Diables, sauf dans la dernière ligne droite. Cela a dû vous chagriner ?J'ai été très déçu. Je n'ai pas joué une seconde pendant les qualifications mais je faisais quand même partie du groupe. Je continue à travailler, dans ces moments-là. Finalement, j'ai été repris contre la Colombie et le Japon.D'où avez-vous suivi le match décisif contre la Croatie ?Dans un café à Hasselt. Voir mes coéquipiers danser à l'issue du match m'a fait mal au coeur. Je ne dis pas que je dois être titulaire mais j'ai ma place dans le noyau, surtout quand on analyse mes statistiques des trois dernières années.Plus encore que ces chiffres, il y a votre expérience, votre mentalité. Vous savez ce dont un groupe a besoin pour connaître le succès ou comment vous comporter dans les moments importants, ce qui est moins le cas d'un Michy Batshuayi et d'un Thorgan Hazard.Je le pense aussi. Il faut vivre ensemble deux mois. Ce n'est pas un problème tant que les résultats suivent mais dans le cas contraire, la frustration prendra le dessus. Je suis assez réaliste pour connaître ma place dans cette sélection qui recèle tant de qualités et je ne serai jamais source de problèmes.Le Mondial a certainement pesé dans votre décision de rester à Genk cette saison. Par la suite, pourriez-vous changer d'avis?Je n'en ai jamais fait un secret: je voulais être sûr de jouer, en prévision du Mondial. Cela reste ma priorité les six prochains mois. Ce n'est pas le moment de faire des folies. Si un club m'approche cet été, je ne pense pas que Genk fera des difficultés, compte tenu de ce que je représente pour lui. Je lui ai déjà rapporté de l'argent en Ligue des Champions et en Europa League.Par Matthias StockmanRetrouvez l'intégralité de l'interview de Jelle Vossen dans votre Sport/Foot Magazine