A l'instar de celui octroyé par la CBAS à Ostende, Virton a réclamé le droit de bénéficier d'un délai pour remettre d'éventuels documents que la Cour jugerait nécessaire dans l'obtention de sa licence. Virton regrette que "faisant preuve d'un acharnement extrêmement douteux, l'URBSFA tente de convaincre le Collège arbitral traitant le dossier de Virton que la licence ne doit pas être accordée à Virton au motif qu'il ne serait pas établi que tel ou tel paiement (on parle de quelques centaines d'euros) aurait bien été effectué ou que, s'il a été effectué, l'attestation produite n'est pas exactement celle souhaitée par l'URBSFA", écrit encore le club gaumais qui assure que le groupe Promobe Finance (le grouipe de Flavio Becca) a réitéré son appui au club, comme il l'a fait pour cette saison, mais qu'il refusait de "signer un chèque en blanc", comme l'exige l'URBSFA d'un tel garant, ajoute encore Virton, ne sachant pas encore les contours et les modalités de la saison prochaine. "Ne pas donner la licence à Virton reviendrait à mettre une entreprise en faillite et donc mettre au chômage joueurs, entraîneurs et personnel administratif", explique encore Virton. (Belga)

A l'instar de celui octroyé par la CBAS à Ostende, Virton a réclamé le droit de bénéficier d'un délai pour remettre d'éventuels documents que la Cour jugerait nécessaire dans l'obtention de sa licence. Virton regrette que "faisant preuve d'un acharnement extrêmement douteux, l'URBSFA tente de convaincre le Collège arbitral traitant le dossier de Virton que la licence ne doit pas être accordée à Virton au motif qu'il ne serait pas établi que tel ou tel paiement (on parle de quelques centaines d'euros) aurait bien été effectué ou que, s'il a été effectué, l'attestation produite n'est pas exactement celle souhaitée par l'URBSFA", écrit encore le club gaumais qui assure que le groupe Promobe Finance (le grouipe de Flavio Becca) a réitéré son appui au club, comme il l'a fait pour cette saison, mais qu'il refusait de "signer un chèque en blanc", comme l'exige l'URBSFA d'un tel garant, ajoute encore Virton, ne sachant pas encore les contours et les modalités de la saison prochaine. "Ne pas donner la licence à Virton reviendrait à mettre une entreprise en faillite et donc mettre au chômage joueurs, entraîneurs et personnel administratif", explique encore Virton. (Belga)