C'était une affaire en or pour le football belge, une plus-value pour la compétition et certainement pour Anderlecht qui allait émerger de son trou. Même les observateurs les plus critiques avaient placé peu de nuances dans leurs louanges. Pas de questions sur un homme dénué d'expérience d'entraîneur, pas de remarques sur la combinaison joueur-entraîneur, pas d'interrogations sur la qualité du noyau. Il n'y avait que la sainte foi en un projet : développer un football frais et pétillant, qui convienne au style-maison, avec une majorité de jeunes joueurs.
...