"C'est normal d'être déçu", a déclaré Vincent Kompany, après qu'Anderlecht a été battu aux tirs au but par la Gantoise (4-3) en finale de la Coupe de Belgique, lundi au stade Roi Baudouin. "On est arrivé jusqu'aux penalties et il n'y a rien de plus difficile que de perdre une finale aux penalties mais ça fait partie du foot. Il faut féliciter l'adversaire", selon l'entraîneur d'Anderlecht.

Les deux équipes n'ont pu trouver le chemin des filets à l'issue du temps réglementaire, et les prolongations n'y ont rien changé. C'est aux tirs au but que s'est joué la finale, la 14e d'Anderlecht, qui en a remporté neuf. "À la fin, il ne manque qu'un ou deux penalties", dit Vinceny Kompany.

"J'ai senti que les deux équipes n'étaient pas vraiment à leur meilleur niveau, dans la manière de faire circuler le ballon, de se proposer pour recevoir le ballon, de couvrir les espaces... C''est assez typique d'une finale".

Anderlecht et La Gantoise se retrouvaient en finale après avoir livré un duel à distance pour le top 4 en championnat. "Avant le match, on savait que ça serait du 50-50", avance Vincent Kompany. "Dans les prolongations, j'avais l'impression qu'on passait au-dessus physiquement mais le match était décousu des deux côtés. C'est pour ça qu'on est arrivé aux penalties, et les penalties, on sait ce que c'est. Pour le même prix, je peux arriver avec une bouteille de champagne. Aujourd'hui, on perd aux penalties, c'est la réalité. Cette défaite fait mal mais on doit s'en servir comme motivation pour la suite".

Anderlecht va enchaîner par un derby à l'Union dimanche pour lancer ses Champions' playoffs, avec l'espoir d'encore pouvoir décrocher un ticket européen en fin de saison.

"C'est normal d'être déçu", a déclaré Vincent Kompany, après qu'Anderlecht a été battu aux tirs au but par la Gantoise (4-3) en finale de la Coupe de Belgique, lundi au stade Roi Baudouin. "On est arrivé jusqu'aux penalties et il n'y a rien de plus difficile que de perdre une finale aux penalties mais ça fait partie du foot. Il faut féliciter l'adversaire", selon l'entraîneur d'Anderlecht. Les deux équipes n'ont pu trouver le chemin des filets à l'issue du temps réglementaire, et les prolongations n'y ont rien changé. C'est aux tirs au but que s'est joué la finale, la 14e d'Anderlecht, qui en a remporté neuf. "À la fin, il ne manque qu'un ou deux penalties", dit Vinceny Kompany. "J'ai senti que les deux équipes n'étaient pas vraiment à leur meilleur niveau, dans la manière de faire circuler le ballon, de se proposer pour recevoir le ballon, de couvrir les espaces... C''est assez typique d'une finale". Anderlecht et La Gantoise se retrouvaient en finale après avoir livré un duel à distance pour le top 4 en championnat. "Avant le match, on savait que ça serait du 50-50", avance Vincent Kompany. "Dans les prolongations, j'avais l'impression qu'on passait au-dessus physiquement mais le match était décousu des deux côtés. C'est pour ça qu'on est arrivé aux penalties, et les penalties, on sait ce que c'est. Pour le même prix, je peux arriver avec une bouteille de champagne. Aujourd'hui, on perd aux penalties, c'est la réalité. Cette défaite fait mal mais on doit s'en servir comme motivation pour la suite". Anderlecht va enchaîner par un derby à l'Union dimanche pour lancer ses Champions' playoffs, avec l'espoir d'encore pouvoir décrocher un ticket européen en fin de saison.