Vincent Kompany a décidé de s'investir au FC Bleid. Actuellement en bas de classement en D3B, et sans que cela soit encore mathématique, le club de Bleid-Gaume s'apprête à évoluer en Promotion la saison prochaine, au Stade Fallon, où le matricule 9026 termine d'ailleurs la saison en cours.

Qui dirige le club ?

Vincent Kompany : Le Conseil d'administration est présidé par ma soeur. Le foot bruxellois a toujours fait partie de sa vie. Christel était là quand j'ai fait mes premiers pas à Anderlecht en '92 et elle était là aussi lorsque, quelques années plus tard, mon frère s'est lancé à son tour dans le football. Notre famille a toujours baigné dans le foot bruxellois, on connaît ce monde comme notre poche. Le fait que ma soeur soit nommée 'Présidente' n'est pas due au hasard. Il est essentiel pour le club de rompre avec le machisme ambiant dans le football belge. Christel, en tant que femme belge noire de peau, incarne cette rupture.

La direction sportive sera aux mains de Junior Ngalula, qui a fait ses preuves tant au niveau belge qu'international. Avant mon éclosion dans le football belge, il fut d'ailleurs mon modèle durant plusieurs années. Junior a une connaissance du foot incroyable et sa vision est précisément celle qu'on peut attendre d'un dirigeant sportif moderne. Junior devra assurer une collaboration de qualité avec le staff actuel, afin d'en faire à terme une machine parfaitement huilée. L'équipe sera par la suite renforcée par un profil de coordinateur, qui saura offrir une traduction concrète au projet sportif aussi bien qu'à la dimension sociale.

Où jouera le club ? Nous ne l'avons pas encore décidé. Il y a plusieurs possibilités mais, pour l'instant, nous attendons encore les premières réactions. Les autorités communales locales sont en tout cas très conciliantes, et j'en conclus que trouver un lieu adéquat ne devrait pas poser problème. Nous attendons à présent un signal de nos supporters avant de prendre une décision.

Et qui sera invité à le rejoindre ?

Pour commencer, nous visons explicitement la jeunesse bruxelloise. Tout jeune issu des 19 communes est donc le bienvenu. Nous organiserons quelques journées en juillet qui permettront aux intéressés de découvrir le club.

Quel est l'objectif final : d'ici 10 ans, que doit avoir atteint le club, sportivement et socialement ?

J'ai appris qu'en football, il ne faut jamais se risquer à des pronostics, mais j'espère disposer d'ici 10 ans d'une première équipe qui tourne bien et qui aura grandi de façon organique. L'ambition sportive évoluera bien sûr en parallèle avec l'essor de cette base de supporters. Pour la dimension sociale, je crois que ce que j'estime primordial est aujourd'hui bien connu : il s'agit essentiellement de permettre aux jeunes d'accéder à une bonne formation et de bénéficier d'un soutien dans ce cadre, mais aussi de favoriser l'égalité sociale. À terme, je veux un encadrement des jeunes qui puisse toucher une partie substantielle des jeunes bruxellois et signifie quelque chose dans leur vie. Mais peut-être plus important encore : je veux que nous soyons un club où chacun se sent chez lui, et où tout le monde vient pour s'amuser et éprouver du plaisir. Nous devrions peut-être apposer une affichette : 'fanfarons et pisse-vinaigre s'abstenir'.

Comment vas-tu combiner cela avec ta carrière professionnelle ? Soyons clairs : je connais mes priorités. Comme je vous l'ai dit, je ne m'impliquerai pas dans la direction quotidienne du club. J'ai besoin de tout mon temps et de toute ma concentration pour Manchester City et les Diables Rouges. Concrètement, je n'investirai pas plus de temps que ce que j'ai toujours consacré à mes actions sociales.

Pourquoi le FC Bleid ?

J'ai discuté avec plusieurs clubs bruxellois, et c'est au FC Bleid que le projet dans sa globalité paraissait avoir le plus de chances : c'était le seul club où il nous faudra véritablement partir 'de zéro'. Il ne faut pas chercher d'autres raisons.

Quid d'Anderlecht ?

Je suis un produit d'Anderlecht, je suis l'enfant de la maison et Anderlecht est dans mon coeur. Mais nous ne nous ferons pas concurrence. Nous avons une ambition et une vision pour la jeunesse bruxelloise. Cette ambition se veut sportive tout autant que sociale et c'est la seule chose qui compte. Nous nous joignons à ce que les autres clubs bruxellois font déjà, afin d'offrir une chance à davantage de jeunes encore. Et nous le ferons à notre façon.

Et qu'en est-il des filles ? A terme nous avons certainement aussi l'intention de créer des projets qui seront spécifiquement dédiés aux filles. Il va de soi que pour nous, c'est aussi une priorité. Il faut bien commencer quelque part et nous avons décidé de commencer dans le football. Nous nous ouvrirons à d'autres projets très prochainement.

Vincent Kompany a décidé de s'investir au FC Bleid. Actuellement en bas de classement en D3B, et sans que cela soit encore mathématique, le club de Bleid-Gaume s'apprête à évoluer en Promotion la saison prochaine, au Stade Fallon, où le matricule 9026 termine d'ailleurs la saison en cours. Qui dirige le club ?Vincent Kompany : Le Conseil d'administration est présidé par ma soeur. Le foot bruxellois a toujours fait partie de sa vie. Christel était là quand j'ai fait mes premiers pas à Anderlecht en '92 et elle était là aussi lorsque, quelques années plus tard, mon frère s'est lancé à son tour dans le football. Notre famille a toujours baigné dans le foot bruxellois, on connaît ce monde comme notre poche. Le fait que ma soeur soit nommée 'Présidente' n'est pas due au hasard. Il est essentiel pour le club de rompre avec le machisme ambiant dans le football belge. Christel, en tant que femme belge noire de peau, incarne cette rupture. La direction sportive sera aux mains de Junior Ngalula, qui a fait ses preuves tant au niveau belge qu'international. Avant mon éclosion dans le football belge, il fut d'ailleurs mon modèle durant plusieurs années. Junior a une connaissance du foot incroyable et sa vision est précisément celle qu'on peut attendre d'un dirigeant sportif moderne. Junior devra assurer une collaboration de qualité avec le staff actuel, afin d'en faire à terme une machine parfaitement huilée. L'équipe sera par la suite renforcée par un profil de coordinateur, qui saura offrir une traduction concrète au projet sportif aussi bien qu'à la dimension sociale. Où jouera le club ? Nous ne l'avons pas encore décidé. Il y a plusieurs possibilités mais, pour l'instant, nous attendons encore les premières réactions. Les autorités communales locales sont en tout cas très conciliantes, et j'en conclus que trouver un lieu adéquat ne devrait pas poser problème. Nous attendons à présent un signal de nos supporters avant de prendre une décision. Et qui sera invité à le rejoindre ? Pour commencer, nous visons explicitement la jeunesse bruxelloise. Tout jeune issu des 19 communes est donc le bienvenu. Nous organiserons quelques journées en juillet qui permettront aux intéressés de découvrir le club. Quel est l'objectif final : d'ici 10 ans, que doit avoir atteint le club, sportivement et socialement ? J'ai appris qu'en football, il ne faut jamais se risquer à des pronostics, mais j'espère disposer d'ici 10 ans d'une première équipe qui tourne bien et qui aura grandi de façon organique. L'ambition sportive évoluera bien sûr en parallèle avec l'essor de cette base de supporters. Pour la dimension sociale, je crois que ce que j'estime primordial est aujourd'hui bien connu : il s'agit essentiellement de permettre aux jeunes d'accéder à une bonne formation et de bénéficier d'un soutien dans ce cadre, mais aussi de favoriser l'égalité sociale. À terme, je veux un encadrement des jeunes qui puisse toucher une partie substantielle des jeunes bruxellois et signifie quelque chose dans leur vie. Mais peut-être plus important encore : je veux que nous soyons un club où chacun se sent chez lui, et où tout le monde vient pour s'amuser et éprouver du plaisir. Nous devrions peut-être apposer une affichette : 'fanfarons et pisse-vinaigre s'abstenir'. Comment vas-tu combiner cela avec ta carrière professionnelle ? Soyons clairs : je connais mes priorités. Comme je vous l'ai dit, je ne m'impliquerai pas dans la direction quotidienne du club. J'ai besoin de tout mon temps et de toute ma concentration pour Manchester City et les Diables Rouges. Concrètement, je n'investirai pas plus de temps que ce que j'ai toujours consacré à mes actions sociales. Pourquoi le FC Bleid ? J'ai discuté avec plusieurs clubs bruxellois, et c'est au FC Bleid que le projet dans sa globalité paraissait avoir le plus de chances : c'était le seul club où il nous faudra véritablement partir 'de zéro'. Il ne faut pas chercher d'autres raisons. Quid d'Anderlecht ? Je suis un produit d'Anderlecht, je suis l'enfant de la maison et Anderlecht est dans mon coeur. Mais nous ne nous ferons pas concurrence. Nous avons une ambition et une vision pour la jeunesse bruxelloise. Cette ambition se veut sportive tout autant que sociale et c'est la seule chose qui compte. Nous nous joignons à ce que les autres clubs bruxellois font déjà, afin d'offrir une chance à davantage de jeunes encore. Et nous le ferons à notre façon. Et qu'en est-il des filles ? A terme nous avons certainement aussi l'intention de créer des projets qui seront spécifiquement dédiés aux filles. Il va de soi que pour nous, c'est aussi une priorité. Il faut bien commencer quelque part et nous avons décidé de commencer dans le football. Nous nous ouvrirons à d'autres projets très prochainement.