Campenaerts avait encore un peu du mal à y croire après avoir franchi la ligne. "Avec Tom (Dumoulin) et Rohan (Dennis, le vainqueur), il y avait deux gars au-dessus du lot. Mais en principe, cette troisième place était possible. En principe, car sur papier il y avait plusieurs coureurs avantagés par cette ascension. Donc je restais prudent." "Je suis parti un peu plus vite que mon plan", a raconté notre compatriote. "Cela a bien tourné. Quand j'ai entendu mes temps intermédiaires, j'ai eu le vertige: 'je ne pouvais pas faire mieux, je respecte presque parfaitement le plan et je suis proche de Dumoulin. C'est super bon.'" "A la fin d'un tel contre-la-montre, c'est vraiment dur. Je le savais à l'avance", a poursuivi le médaillé de bronze. "Je l'ai dit à Laurens ce matin: ce dernier kilomètre et demi va durer longtemps. Et c'est ce qui m'a semblé, cela ne finissait pas et j'étais dans le dur. Normalement, j'ai encore un rush dans les jambes pour les 500 derniers mètres, mais cela ne m'a pas réussi." Les meilleurs résultats belges à un championnat du monde contre-la-montre était la sixième place obtenue par Nico Emonds (1994), Leif Hoste (2001) et Stijn Devolder (2008). Campenaerts a fait mieux que ça, terminant même à 53 centièmes de Tom Dumoulin, médaille d'argent. "C'est peu, très peu. Deuxième, c'est évidement plus beau, mais un podium à un Mondial, c'est fort. Je pensais réaliser une telle chose plus tard dans ma carrière, mais je l'ai déjà fait. Incroyable." (Belga)

Campenaerts avait encore un peu du mal à y croire après avoir franchi la ligne. "Avec Tom (Dumoulin) et Rohan (Dennis, le vainqueur), il y avait deux gars au-dessus du lot. Mais en principe, cette troisième place était possible. En principe, car sur papier il y avait plusieurs coureurs avantagés par cette ascension. Donc je restais prudent." "Je suis parti un peu plus vite que mon plan", a raconté notre compatriote. "Cela a bien tourné. Quand j'ai entendu mes temps intermédiaires, j'ai eu le vertige: 'je ne pouvais pas faire mieux, je respecte presque parfaitement le plan et je suis proche de Dumoulin. C'est super bon.'" "A la fin d'un tel contre-la-montre, c'est vraiment dur. Je le savais à l'avance", a poursuivi le médaillé de bronze. "Je l'ai dit à Laurens ce matin: ce dernier kilomètre et demi va durer longtemps. Et c'est ce qui m'a semblé, cela ne finissait pas et j'étais dans le dur. Normalement, j'ai encore un rush dans les jambes pour les 500 derniers mètres, mais cela ne m'a pas réussi." Les meilleurs résultats belges à un championnat du monde contre-la-montre était la sixième place obtenue par Nico Emonds (1994), Leif Hoste (2001) et Stijn Devolder (2008). Campenaerts a fait mieux que ça, terminant même à 53 centièmes de Tom Dumoulin, médaille d'argent. "C'est peu, très peu. Deuxième, c'est évidement plus beau, mais un podium à un Mondial, c'est fort. Je pensais réaliser une telle chose plus tard dans ma carrière, mais je l'ai déjà fait. Incroyable." (Belga)