Tänak l'a emporté devant le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) et le Néo-Zélandais Hayden Paddon (Hyundai i20). Thierry Neuville conserve cependant la tête au Mondial. Le pilote germanophone, reparti en Rally2 dimanche, comme Ogier, a remporté la Power Stage à Marmaris et empoche 5 points précieux pour la suite des évènements. Il y a devancé Sébastien Ogier. "On méritait de gagner ce rallye. On était les plus rapides dès le premier jour et encore dans la première spéciale de samedi", a confié le pilote germanophone à l'arrivée. "On a tout donné dans cette Power stage. On se bat pour le titre. Nous sommes très déçus pour l'équipe parce que tout le monde travaille très dur, mais on perd ensemble et on gagne ensemble". C'est la troisième victoire de suite pour Tänak, sa 4e de la saison et la 6e de sa carrière. L'Estonien se replace dans l'optique du championnat du monde. Si l'écart entre Thierry Neuville (177pts) et Sébastien Ogier (154pts) demeure de 23 points, mais Tänak (164 pts) déplace le Français pour se situer dans le sillage du Belge, à 13 points. Les deux favoris pour le titre n'ont pas pu terminer la journée samedi mais sont repartis dimanche en vertu de la règle du Rallye 2, qui permet aux pilotes ayant abandonné de reprendre le départ le lendemain après avoir écopé d'une pénalité en temps pour chaque spéciale manquée. Neuville a cassé une suspension pendant la première spéciale samedi (ES8). Ogier a connu le même sort dans la spéciale suivante mais, contrairement à son meilleur ennemi, ses réparations de fortune lui ont permis de prendre in extremis le départ de l'ES10, avant une sortie de route dans la onzième spéciale qui mettait fin à sa journée. Samedi a également été marqué par l'incendie spectaculaire de la Citroën de l'Irlandais Craig Breen et de son copilote britannique Scott Martin, qui sont indemnes. Le véhicule, dans l'habitacle duquel de la fumée avait commencé à s'échapper pendant l'ES11, a été entièrement ravagé par les flammes à l'arrivée, provoquant l'abandon de l'équipage. C'était la première fois que le Rallye de Turquie, qui n'avait pas figuré au programme du WRC depuis 2010, faisait escale dans la région de Marmaris (sud-ouest). Les pilotes, qui n'ont découvert le terrain que lors des reconnaissances, craignaient la casse à cause des innombrables cailloux qui le jonchent. Ils ne s'étaient pas trompé. Le prochain rendez-vous est prévu le avec le Rallye de Grande-Bretagne sur les routes du Pays de Galles du 4 au 7 octobre. Il restera ensuite deux Rallyes, celui de Catalogne du 25 au 28 octobre et celui d'Australie du 15 au 18 novembre. (Belga)

Tänak l'a emporté devant le Finlandais Jari-Matti Latvala (Toyota Yaris) et le Néo-Zélandais Hayden Paddon (Hyundai i20). Thierry Neuville conserve cependant la tête au Mondial. Le pilote germanophone, reparti en Rally2 dimanche, comme Ogier, a remporté la Power Stage à Marmaris et empoche 5 points précieux pour la suite des évènements. Il y a devancé Sébastien Ogier. "On méritait de gagner ce rallye. On était les plus rapides dès le premier jour et encore dans la première spéciale de samedi", a confié le pilote germanophone à l'arrivée. "On a tout donné dans cette Power stage. On se bat pour le titre. Nous sommes très déçus pour l'équipe parce que tout le monde travaille très dur, mais on perd ensemble et on gagne ensemble". C'est la troisième victoire de suite pour Tänak, sa 4e de la saison et la 6e de sa carrière. L'Estonien se replace dans l'optique du championnat du monde. Si l'écart entre Thierry Neuville (177pts) et Sébastien Ogier (154pts) demeure de 23 points, mais Tänak (164 pts) déplace le Français pour se situer dans le sillage du Belge, à 13 points. Les deux favoris pour le titre n'ont pas pu terminer la journée samedi mais sont repartis dimanche en vertu de la règle du Rallye 2, qui permet aux pilotes ayant abandonné de reprendre le départ le lendemain après avoir écopé d'une pénalité en temps pour chaque spéciale manquée. Neuville a cassé une suspension pendant la première spéciale samedi (ES8). Ogier a connu le même sort dans la spéciale suivante mais, contrairement à son meilleur ennemi, ses réparations de fortune lui ont permis de prendre in extremis le départ de l'ES10, avant une sortie de route dans la onzième spéciale qui mettait fin à sa journée. Samedi a également été marqué par l'incendie spectaculaire de la Citroën de l'Irlandais Craig Breen et de son copilote britannique Scott Martin, qui sont indemnes. Le véhicule, dans l'habitacle duquel de la fumée avait commencé à s'échapper pendant l'ES11, a été entièrement ravagé par les flammes à l'arrivée, provoquant l'abandon de l'équipage. C'était la première fois que le Rallye de Turquie, qui n'avait pas figuré au programme du WRC depuis 2010, faisait escale dans la région de Marmaris (sud-ouest). Les pilotes, qui n'ont découvert le terrain que lors des reconnaissances, craignaient la casse à cause des innombrables cailloux qui le jonchent. Ils ne s'étaient pas trompé. Le prochain rendez-vous est prévu le avec le Rallye de Grande-Bretagne sur les routes du Pays de Galles du 4 au 7 octobre. Il restera ensuite deux Rallyes, celui de Catalogne du 25 au 28 octobre et celui d'Australie du 15 au 18 novembre. (Belga)