Verschueren remodèle l'antenne médicale

09/01/19 à 12:00 - Mise à jour à 08/01/19 à 15:48

Le nouvel homme fort du Sporting est désormais en liaison directe avec Kristof Sas, le nouveau boss de la cellule médicale.

Verschueren remodèle l'antenne médicale

Michael Verschueren. © BELGA

Michael Verschueren n'est pas resté inactif ces dernières semaines. Au-delà de son implication sur les contingences sportives, il s'est attelé aussi, discrètement, à remodeler l'antenne (para)médicale du club. Désormais, celle-ci n'est plus du ressort du manager opérationnel Jo Vanbiesbroeck.

Verschueren trouvait en effet illogique que le sportif et le médical, deux domaines étroitement liés, émargent à deux départements distincts. Kristof Sas, le nouveau boss de la cellule médicale, est à présent en liaison directe avec Verschueren et Frank Arnesen. C'est à eux qu'il doit faire ses rapports et non plus à Vanbiesbroeck.

Ce même staff médical aura également voix consultative, à présent, lors de l'enrôlement d'un joueur. Par le passé, il est effectivement arrivé trop souvent que le club engage un élément sans que celui-ci n'ait été dûment screené par les médecins du club. À partir de critères objectifs, comme l'âge et le montant du transfert, les cellules médicale et sportive procéderont à une analyse du facteur-risque dans le cadre d'une nouvelle arrivée.

La composition de l'antenne médicale ne subira aucune modification dans l'immédiat. Après une analyse des différents profils, il appert que Sas est satisfait de l'ensemble des collaborateurs. Il n'est toutefois pas exclu, à terme, d'enrôler un cadre supplémentaire mais beaucoup dépendra du budget que Verschueren mettra à disposition de la cellule.

Le Sporting entend également poursuivre sa collaboration avec le docteur Geert Declercq et le kiné Lieven Maesschalck. Leur notoriété est à ce point établie dans le monde médico-sportif que même Arnesen les connaissait. La revalidation des blessés devra toujours se passer à Neerpede plutôt qu'à l'extérieur du club, sauf si un spécialiste doit être consulté. Telle est en tout cas la volonté de la direction.

Dans un département où il n'y avait guère de fil conducteur, ces derniers mois, la première tâche de Sas sera de regagner la confiance des joueurs, des coachs et des dirigeants.

Par Thomas Bricmont et Alain Eliasy

Retrouvez l'intégralité de l'article consacré à Michael Verschueren et Anderlecht dans votre Sport/Foot Magazine

Nos partenaires