Parmi les nombreux noms qui ont suscité le débat dans la très large sélection de Roberto Martinez, c'est sans doute celui de Yari Verschaeren qui a été le plus contesté. Le jeune talent des Mauves, incapable de se faire une place dans le onze de Vincent Kompany, fait pourtant partie de la liste du Catalan. Un choix dont il se justifie dans une interview exclusive que vous pourrez lire en intégralité dans votre Sport/Foot Magazine du mercredi 2 septembre.

La présence de Yari Verschaeren dans la sélection, c'est une forme de loyauté?

Martinez: La raison pour laquelle il est repris en équipe nationale, c'est qu'il a été impressionnant lors des rassemblements précédents. En septembre, je ne prends pas en considération le niveau des performances en club, parce que beaucoup de joueurs sont en pleine préparation et n'ont pas vraiment de temps de jeu.

Pourtant, vous avez repris Dimata, qui n'a retrouvé du temps de jeu que depuis un mois.

Martinez: Son cas est différent, parce qu'il revenait d'une blessure de longue durée. Si on ne prend pas en compte le fait qu'il vient d'enchaîner trois fois nonante minutes, on ne peut pas compter sur lui pour cette position. Et Benteke et Batshuayi sont en quarantaine et ne sont pas disponibles pour le premier match.

En octobre, le raisonnement sera différent pour Verschaeren?

Martinez: S'il continue à ne pas jouer, on aura un problème. Je ne pourrai pas reprendre un joueur qui ne joue pas à la place d'un joueur qui est bon avec son club. En plus, il évolue à un poste difficile, car à gauche ou à droite, presque tous nos joueurs à ce poste sont des titulaires indiscutables dans leur club. Nous devons être loyaux avec Yari parce qu'il le mérite, mais au bout du compte, je dois être honnête avec tous les joueurs.

Qu'est-ce qu'il a de plus que les autres?

Martinez: Il a cette qualité de se retourner entre les lignes, avec un contrôle de balle très court. Il exploite bien les petits espaces quand ils sont rares, et c'est une qualité qui est très difficile à entraîner. C'est un talent naturel, et Yari l'a. Et c'est pour ça que je veux l'avoir à nos rassemblements aussi souvent que possible avec Eden et Dries, parce que ce seront ses meilleurs entraîneurs.

Découvrez les explications de Roberto Martinez concernant Jérémy Doku, Zinho Vanheusden, et son analyse de l'évolution du football moderne dans votre Sport/Foot Magazine du mercredi 2 septembre.

Parmi les nombreux noms qui ont suscité le débat dans la très large sélection de Roberto Martinez, c'est sans doute celui de Yari Verschaeren qui a été le plus contesté. Le jeune talent des Mauves, incapable de se faire une place dans le onze de Vincent Kompany, fait pourtant partie de la liste du Catalan. Un choix dont il se justifie dans une interview exclusive que vous pourrez lire en intégralité dans votre Sport/Foot Magazine du mercredi 2 septembre.La présence de Yari Verschaeren dans la sélection, c'est une forme de loyauté?Martinez: La raison pour laquelle il est repris en équipe nationale, c'est qu'il a été impressionnant lors des rassemblements précédents. En septembre, je ne prends pas en considération le niveau des performances en club, parce que beaucoup de joueurs sont en pleine préparation et n'ont pas vraiment de temps de jeu.Pourtant, vous avez repris Dimata, qui n'a retrouvé du temps de jeu que depuis un mois.Martinez: Son cas est différent, parce qu'il revenait d'une blessure de longue durée. Si on ne prend pas en compte le fait qu'il vient d'enchaîner trois fois nonante minutes, on ne peut pas compter sur lui pour cette position. Et Benteke et Batshuayi sont en quarantaine et ne sont pas disponibles pour le premier match.En octobre, le raisonnement sera différent pour Verschaeren?Martinez: S'il continue à ne pas jouer, on aura un problème. Je ne pourrai pas reprendre un joueur qui ne joue pas à la place d'un joueur qui est bon avec son club. En plus, il évolue à un poste difficile, car à gauche ou à droite, presque tous nos joueurs à ce poste sont des titulaires indiscutables dans leur club. Nous devons être loyaux avec Yari parce qu'il le mérite, mais au bout du compte, je dois être honnête avec tous les joueurs.Qu'est-ce qu'il a de plus que les autres?Martinez: Il a cette qualité de se retourner entre les lignes, avec un contrôle de balle très court. Il exploite bien les petits espaces quand ils sont rares, et c'est une qualité qui est très difficile à entraîner. C'est un talent naturel, et Yari l'a. Et c'est pour ça que je veux l'avoir à nos rassemblements aussi souvent que possible avec Eden et Dries, parce que ce seront ses meilleurs entraîneurs.Découvrez les explications de Roberto Martinez concernant Jérémy Doku, Zinho Vanheusden, et son analyse de l'évolution du football moderne dans votre Sport/Foot Magazine du mercredi 2 septembre.