Veljkovic voulait imposer Vertenten pour arbitrer la finale de la Coupe

02/11/18 à 10:43 - Mise à jour à 10:43

Source: Belga

L'agent de joueurs Dejan Veljkovic aurait tenté la saison passée d'imposer l'arbitre Bart Vertenten pour siffler la rencontre de la finale de la Coupe entre Genk et le Standard. Il aurait également possédé pas moins de 30 comptes dans une banque à Genk, écrivent vendredi Sudpresse, la Dernière Heure, Het Nieuwsblad et Het Laatste Nieuws.

Veljkovic voulait imposer Vertenten pour arbitrer la finale de la Coupe

Bart Vertenten © BELGA

Dejan Veljkovic savait que M. Vertenten voulait arbitrer la finale de la Coupe mais Jonathan Lardot était déjà désigné pour le match. Malgré tout, l'agent de joueurs a fait tout ce qui était en son pouvoir pour que Vertenten dirige la rencontre. Selon Het Nieuwsblad et Sudpresse, M. Veljkovic aurait tenté de discréditer le Liégeois Lardot auprès du Racing Genk. "Lardot est un fan du Standard", aurait dit par téléphone l'agent au club limbourgeois, rapportent les journaux. "Vous devriez appeler Verbist (patron des arbitres, ndlr) et mettre la pression pour arrêter Lardot." La tentative a été vaine et M. Lardot a finalement arbitré le match remporté 1-0 après prolongations par le Standard, le 17 mars dernier.

Het Laatste Nieuws et La Dernière Heure écrivent de leur côté que l'agent gérait dans une seule banque à Genk, pas moins de 30 comptes, grâce à des procurations. Il s'agit notamment des comptes de son frère et de son père mais aussi des (anciens) footballeurs Milan Jovanovic (ex-Standard, ex-Anderlecht), Dalibor Veselinovic (ex-Brussels, ex-Anderlecht, ex-Courtrai, ex-Beerschot, ex-Waasland, ex-Malines) et Ivan Obradovic (Anderlecht, ex-Malines). Les commissions sur les transferts dans le football belge auraient été perçues par l'intermédiaire de sociétés situées dans des paradis fiscaux et atterrissaient sur certains des 30 comptes de M. Veljkovic dans la banque de Genk.

L'agent aurait également retiré d'importantes sommes d'argent de ces comptes. Il a par exemple retiré 200.000 euros du compte de son père ou 250.000 euros de celui de son frère. En 2016, il a quitté la banque de Genk avec pas moins de 450.000 euros en espèces. Les enquêteurs ont déjà brièvement interrogé M. Veljkovic à ce sujet. Il aurait répondu, selon Het Laatste Nieuws et la Dernière Heure, que "ces transactions étaient normales".

Nos partenaires