Après le coup de sifflet final, le président de Bruges Bart Verhaeghe, par ailleurs également vice-président de l'Union Belge, (URBSFA), s'était vivement exprimé à chaud par rapport à l'arbitrage, parlant même de complot. Des propos qui depuis ont été nuancés par le directeur général Vincent Mannaert. "Je n'ai plus grand chose à ajouter au sujet de ce match", a commenté Vanhaezebrouck. "Tout le monde s'est déjà largement exprimé, et il n'est selon moi jamais bon de vouloir ensuite revenir sur ses propres propos. Cela vaut pour les joueurs, les membres du conseil d'administration et les enfants dans la cour de récréation. On ne peut nier ce qu'on a déclaré à la télévision, et qui a été enregistré. Mais en ce qui me concerne, je ne trouve pas que le VAR a si mal fonctionné dimanche. Ok il y avait peut-être un penalty sur Hans Vanaken, mais il faut quand même reconnaître qu'il en largement rajouté. Chez nous personne ne fait cela, excepté Teodorczyk." A Bruges on prétend aussi que les déclarations de Vanhaezebrouck les jours précédant le topper ont influencé son déroulement. "Ils sont de plus en plus nerveux depuis le début des play-offs", commente à ce propos HVH. "Je n'ai jamais parlé de l'arbitre avant le match de Bruges, mais simplement du choix du quatrième arbitre (Frederik Gelhof, ndlr). J'ai dit que je trouvais cela étonnant qu'il soit sélectionné, alors qu'il n'a pas le droit de siffler les matches des playoffs 1. Qu'aurions-nous fait s'il était arrivé quelque chose à l'arbitre principal? Vous êtes conscients que cet homme a été assigné aux play-offs 2 car il n'a pas passé les tests, mais qu'on a quand même pris le risque de la désigner comme quatrième arbitre d'un topper. Je trouve que cela ne devrait pas arriver. C'est tout ce que j'ai dit à propos de l'arbitrage", a rappelé à juste titre le coach d'Anderlecht. (Belga)

Après le coup de sifflet final, le président de Bruges Bart Verhaeghe, par ailleurs également vice-président de l'Union Belge, (URBSFA), s'était vivement exprimé à chaud par rapport à l'arbitrage, parlant même de complot. Des propos qui depuis ont été nuancés par le directeur général Vincent Mannaert. "Je n'ai plus grand chose à ajouter au sujet de ce match", a commenté Vanhaezebrouck. "Tout le monde s'est déjà largement exprimé, et il n'est selon moi jamais bon de vouloir ensuite revenir sur ses propres propos. Cela vaut pour les joueurs, les membres du conseil d'administration et les enfants dans la cour de récréation. On ne peut nier ce qu'on a déclaré à la télévision, et qui a été enregistré. Mais en ce qui me concerne, je ne trouve pas que le VAR a si mal fonctionné dimanche. Ok il y avait peut-être un penalty sur Hans Vanaken, mais il faut quand même reconnaître qu'il en largement rajouté. Chez nous personne ne fait cela, excepté Teodorczyk." A Bruges on prétend aussi que les déclarations de Vanhaezebrouck les jours précédant le topper ont influencé son déroulement. "Ils sont de plus en plus nerveux depuis le début des play-offs", commente à ce propos HVH. "Je n'ai jamais parlé de l'arbitre avant le match de Bruges, mais simplement du choix du quatrième arbitre (Frederik Gelhof, ndlr). J'ai dit que je trouvais cela étonnant qu'il soit sélectionné, alors qu'il n'a pas le droit de siffler les matches des playoffs 1. Qu'aurions-nous fait s'il était arrivé quelque chose à l'arbitre principal? Vous êtes conscients que cet homme a été assigné aux play-offs 2 car il n'a pas passé les tests, mais qu'on a quand même pris le risque de la désigner comme quatrième arbitre d'un topper. Je trouve que cela ne devrait pas arriver. C'est tout ce que j'ai dit à propos de l'arbitrage", a rappelé à juste titre le coach d'Anderlecht. (Belga)