"J'ai déjà hérité de plusieurs grands noms ici au premier tour, avec Serena Williams et Victoria Azarenka. Cela ne pouvait donc pas être bien pire avec Wozniacki", sourit-elle. "J'ai déjà joué contre elle l'an dernier à Rome. J'avais certes perdu (6-1, 6-4 au deuxième tour, ndlr), mais j'avais disputé un bon match. Je sais donc à quoi m'attendre. C'est une joueuse qui ne va rien donner. Ce ne sera donc pas évident, mais chaque match doit être joué..." Alison Van Uytvanck, dont la préparation a été perturbée par une blessure au tendon d'Achille la semaine dernière au tournoi d'Auckland, est en tout cas prête à faire contre mauvaise fortune bon c?ur. "J'aurai l'occasion de me produire sur un grand court, peut-être même dans la Rod Laver Arena, et je vais tâcher d'en profiter pour montrer ce dont je suis capable. Elle retourne remarquablement et est très solide du fond du court. Mais j'ai les moyens de l'ennuyer, si je sers bien et que je réussis à varier mes frappes. Elle pourrait aussi être stressée, car elle ne voudra pas perdre. En somme, je devrai jouer comme contre Garbine Muguruza l'an dernier à Wimbledon (elle avait gagné 5-7, 6-2, 6-1, ndlr). L'avoir déjà fait peut m'aider. J'espère que j'y parviendrai une nouvelle fois", conclut-elle. (Belga)

"J'ai déjà hérité de plusieurs grands noms ici au premier tour, avec Serena Williams et Victoria Azarenka. Cela ne pouvait donc pas être bien pire avec Wozniacki", sourit-elle. "J'ai déjà joué contre elle l'an dernier à Rome. J'avais certes perdu (6-1, 6-4 au deuxième tour, ndlr), mais j'avais disputé un bon match. Je sais donc à quoi m'attendre. C'est une joueuse qui ne va rien donner. Ce ne sera donc pas évident, mais chaque match doit être joué..." Alison Van Uytvanck, dont la préparation a été perturbée par une blessure au tendon d'Achille la semaine dernière au tournoi d'Auckland, est en tout cas prête à faire contre mauvaise fortune bon c?ur. "J'aurai l'occasion de me produire sur un grand court, peut-être même dans la Rod Laver Arena, et je vais tâcher d'en profiter pour montrer ce dont je suis capable. Elle retourne remarquablement et est très solide du fond du court. Mais j'ai les moyens de l'ennuyer, si je sers bien et que je réussis à varier mes frappes. Elle pourrait aussi être stressée, car elle ne voudra pas perdre. En somme, je devrai jouer comme contre Garbine Muguruza l'an dernier à Wimbledon (elle avait gagné 5-7, 6-2, 6-1, ndlr). L'avoir déjà fait peut m'aider. J'espère que j'y parviendrai une nouvelle fois", conclut-elle. (Belga)