Les Diables rouges vont jouer en Ligue des Nations et ces matches devraient nous en dire plus sur leur niveau en vue de la Coupe du monde.

PAUL VAN HIMST: Eden Hazard pourrait avoir retrouvé son meilleur niveau pour le Mondial, s'il n'a pas de rechute entre-temps. Romelu Lukaku peut être au top. Kevin De Bruyne aussi. S'ils sont tous à 100% au Qatar, pour moi ils peuvent réussir quelque chose.

JAN MULDER: Vous avez aussi un gardien qui sait arrêter des ballons chauds! Même si je regarde rarement ce qu'il se passe derrière le rond central. En tout cas, les Diables ont laissé passer la chance de leur vie en demi-finale de la Coupe du monde en Russie contre la France. À ce moment-là, la Belgique avait la meilleure équipe du tournoi.

VAN HIMST: Mais ce n'est pas toujours dans ta meilleure période que tu gagnes des trophées. Quand Philippe Gilbert est passé chez Quick Step, tout le monde a dit qu'il ne gagnerait plus rien. Mais il a remporté le Tour des Flandres.

MULDER: J'étais un inconditionnel d'Eden Hazard mais quand il démarre aujourd'hui, il va 10 km/h moins vite. Il faut revoir des images d'il y a deux ans, c'était un missile qui partait vers l'avant. Je pense qu'il ne retrouvera plus jamais ça. Je trouve toujours que c'est un joueur exceptionnel mais après deux ans et demi de misères, je ne le sens pas.

"Je pense qu'Eden Hazard ne retrouvera plus jamais son démarrage"

Jan Mulder

Le départ de Vincent Kompnay d'Anderlecht vous a surpris?

MULDER: Moi bien. Ça me semble audacieux. Je ne l'aurais pas fait. Oui, les résultats n'étaient pas assez bons et cette finale de Coupe perdue était juste trop lisse. Un processus d'apprentissage? On continue d'apprendre sans cesse. Mais Kompany était un repère. Un gentleman, un nom dont on peut être fier. Zirkzee est venu grâce à Kompany. On ne doit pas l'oublier.

VAN HIMST: Quand les avis ne coïncident pas, il vaut mieux se dire au revoir. Ça ne sert à rien de persister.

"Un Zirkzee est venuà Anderlecht grâce à Kompany. On ne doit pas l'oublier"

Jan Mulder

Charles De Ketelaere doit-il changer de club cet été?

VAN HIMST: Avec son physique, Charles De Ketelaere est déjà capable de faire quelque chose à l'étranger. Et plus l'équipe dans laquelle il se retrouvera sera bonne, plus il sera performant. Quand je jouais, j'avais eu des contacts avec Modène via mon fournisseur de chaussures. Ça semblait tentant mais je n'ai jamais envisagé d'aller là-bas. Qu'est-ce que je serais allé faire dans un club pareil? J'aurais disparu de la circulation. Si tu veux t'améliorer, tu dois aller dans une meilleure équipe, pas simplement dans un club qui t'offre un meilleur contrat.

MULDER: Avec les réseaux sociaux, aujourd'hui tu te fais plus vite un nom à l'étranger. Si tu t'étais retrouvé à l'Inter à l'époque, presque tout le monde se serait demandé qui tu étais.

VAN HIMST: Ce n'était pas simple de jouer à l'époque en Italie avec leur catenaccio, surtout quand on te collait un homme de la première à la dernière minute. Je préférerais jouer aujourd'hui, contre une défense en zone. Tu peux prendre le meilleur en misant sur ton intelligence, si tu trouves les bonnes lignes de course.

Retrouvez cet entretien complet avec Paul Van Himst et Jan Mulder dans votre mensuel du mois de juin de Sport/Foot Magazine ou dans notre Zone +

PAUL VAN HIMST: Eden Hazard pourrait avoir retrouvé son meilleur niveau pour le Mondial, s'il n'a pas de rechute entre-temps. Romelu Lukaku peut être au top. Kevin De Bruyne aussi. S'ils sont tous à 100% au Qatar, pour moi ils peuvent réussir quelque chose. JAN MULDER: Vous avez aussi un gardien qui sait arrêter des ballons chauds! Même si je regarde rarement ce qu'il se passe derrière le rond central. En tout cas, les Diables ont laissé passer la chance de leur vie en demi-finale de la Coupe du monde en Russie contre la France. À ce moment-là, la Belgique avait la meilleure équipe du tournoi. VAN HIMST: Mais ce n'est pas toujours dans ta meilleure période que tu gagnes des trophées. Quand Philippe Gilbert est passé chez Quick Step, tout le monde a dit qu'il ne gagnerait plus rien. Mais il a remporté le Tour des Flandres. MULDER: J'étais un inconditionnel d'Eden Hazard mais quand il démarre aujourd'hui, il va 10 km/h moins vite. Il faut revoir des images d'il y a deux ans, c'était un missile qui partait vers l'avant. Je pense qu'il ne retrouvera plus jamais ça. Je trouve toujours que c'est un joueur exceptionnel mais après deux ans et demi de misères, je ne le sens pas.MULDER: Moi bien. Ça me semble audacieux. Je ne l'aurais pas fait. Oui, les résultats n'étaient pas assez bons et cette finale de Coupe perdue était juste trop lisse. Un processus d'apprentissage? On continue d'apprendre sans cesse. Mais Kompany était un repère. Un gentleman, un nom dont on peut être fier. Zirkzee est venu grâce à Kompany. On ne doit pas l'oublier. VAN HIMST: Quand les avis ne coïncident pas, il vaut mieux se dire au revoir. Ça ne sert à rien de persister.VAN HIMST: Avec son physique, Charles De Ketelaere est déjà capable de faire quelque chose à l'étranger. Et plus l'équipe dans laquelle il se retrouvera sera bonne, plus il sera performant. Quand je jouais, j'avais eu des contacts avec Modène via mon fournisseur de chaussures. Ça semblait tentant mais je n'ai jamais envisagé d'aller là-bas. Qu'est-ce que je serais allé faire dans un club pareil? J'aurais disparu de la circulation. Si tu veux t'améliorer, tu dois aller dans une meilleure équipe, pas simplement dans un club qui t'offre un meilleur contrat. MULDER: Avec les réseaux sociaux, aujourd'hui tu te fais plus vite un nom à l'étranger. Si tu t'étais retrouvé à l'Inter à l'époque, presque tout le monde se serait demandé qui tu étais. VAN HIMST: Ce n'était pas simple de jouer à l'époque en Italie avec leur catenaccio, surtout quand on te collait un homme de la première à la dernière minute. Je préférerais jouer aujourd'hui, contre une défense en zone. Tu peux prendre le meilleur en misant sur ton intelligence, si tu trouves les bonnes lignes de course.Retrouvez cet entretien complet avec Paul Van Himst et Jan Mulder dans votre mensuel du mois de juin de Sport/Foot Magazine ou dans notre Zone +