"Pour moi, il est trop tôt pour trouver une explication, pour savoir pourquoi nous n'avons pas pu atteindre le résultat espéré", a-t-il dit en conférence de presse. "Je viens de sortir du terrain après trois matches avec les filles. Entre les deux simples et le double, nous n'avons eu qu'une demi-heure pour voir comment Elise avait récupéré de son simple et quelle équipe de double coucher sur le papier. C'est une discussion que je vais avoir avec Greet et Elise. J'ai vu les matches, j'ai mon idée, c'est sûr, mais je ne veux pas porter de jugement avant d'avoir toutes les données et venir dire si c'est la pression ou pas. Ce sont les filles qui m'apporteront la réponse en me confiant ce qu'elles ont ressenti sur le court." La Belgique partait effectivement favorite contre l'Australie, venue à Prague sans Ashleigh Barty (WTA 1) et Sam Stosur, spécialiste de double. D'autant que les Aussies étaient aussi privées d'Ajla Tomljanovic (WTA 43) en raison d'une maladie non-liée au Covid-19. Après les défaites en simple de Greet Minnen (WTA 70) et Elise Mertens (WTA 18), c'est sur la Biélorusse, qu'elle a battu 2-1 lundi, que l'équipe belge devra reporter tous ses espoirs. "Ce n'était évidemment pas le scénario espéré", a poursuivi l'Anversois. "Maintenant, nous devons attendre et voir ce qu'il se passera jeudi. Après la victoire dans le double, nous avons tout fait comme si nous allions disputer la demi-finale vendredi, mais nous n'avons plus notre sort entre nos mains. Si la Biélorussie gagne 2-1, il nous reste de bonnes chances. C'est aussi pour cela que je suis fier de la manière dont les deux joueuses ont disputé le double et de la réaction de l'équipe après le 2-0. C'est aussi un signe. Demain sera un jour off. Les filles ont beaucoup donné. On ne peut rien leur reprocher. Nous sommes ici depuis jeudi passé et elles ont fait le maximum. Jeudi, on s'entraînera et dans l'après-midi, on saura." (Belga)

"Pour moi, il est trop tôt pour trouver une explication, pour savoir pourquoi nous n'avons pas pu atteindre le résultat espéré", a-t-il dit en conférence de presse. "Je viens de sortir du terrain après trois matches avec les filles. Entre les deux simples et le double, nous n'avons eu qu'une demi-heure pour voir comment Elise avait récupéré de son simple et quelle équipe de double coucher sur le papier. C'est une discussion que je vais avoir avec Greet et Elise. J'ai vu les matches, j'ai mon idée, c'est sûr, mais je ne veux pas porter de jugement avant d'avoir toutes les données et venir dire si c'est la pression ou pas. Ce sont les filles qui m'apporteront la réponse en me confiant ce qu'elles ont ressenti sur le court." La Belgique partait effectivement favorite contre l'Australie, venue à Prague sans Ashleigh Barty (WTA 1) et Sam Stosur, spécialiste de double. D'autant que les Aussies étaient aussi privées d'Ajla Tomljanovic (WTA 43) en raison d'une maladie non-liée au Covid-19. Après les défaites en simple de Greet Minnen (WTA 70) et Elise Mertens (WTA 18), c'est sur la Biélorusse, qu'elle a battu 2-1 lundi, que l'équipe belge devra reporter tous ses espoirs. "Ce n'était évidemment pas le scénario espéré", a poursuivi l'Anversois. "Maintenant, nous devons attendre et voir ce qu'il se passera jeudi. Après la victoire dans le double, nous avons tout fait comme si nous allions disputer la demi-finale vendredi, mais nous n'avons plus notre sort entre nos mains. Si la Biélorussie gagne 2-1, il nous reste de bonnes chances. C'est aussi pour cela que je suis fier de la manière dont les deux joueuses ont disputé le double et de la réaction de l'équipe après le 2-0. C'est aussi un signe. Demain sera un jour off. Les filles ont beaucoup donné. On ne peut rien leur reprocher. Nous sommes ici depuis jeudi passé et elles ont fait le maximum. Jeudi, on s'entraînera et dans l'après-midi, on saura." (Belga)