"Nous avons comparé les qualités de nos joueuses avec celles des joueuses kazakhes", a expliqué le capitaine belge. "C'était très serré, mais au final, nous avons choisi Ysaline pour jouer contre Yulia Putintseva (WTA 34). Toutes les joueuses présentes ici sont très importantes pour l'équipe. Elles auront toutes leur rôle à jouer ce week-end." Mertens ouvrira le bal vendredi contre Zarina Diyas (WTA 63), qu'elle n'a jamais affrontée. "Nous avons tous joué différents matchs et eu de bons entraînements cette année. Je suis prête", a déclaré la N.1 belge. "Je ne connais pas vraiment Diyas. Je vais encore regarder précisément comment elle joue." Après le match entre Mertens et Diyas, Bonaventure défiera Putintseva. "C'est très chouette de pouvoir jouer", a commenté Bonaventure, lauréate dimanche passé du tournoi ITF d'Andrézieux-Bouthéon. "Je suis prête, je me suis bien préparée et je suis en confiance. En tant que juniore, j'ai souvent joué contre Putintseva, en 2018 je l'ai rencontrée à Auckland (victoire 6-3, 6-3, ndlr). Ce sera un match difficile. Mais j'ai confiance, je peux gagner." Lors d'un duel de Fed Cup l'an passé contre l'Espagne, déjà à Courtrai, Bonaventure avait battu l'ancienne N.1 mondiale Garbine Muguruza. "Cela m'a donné beaucoup de confiance. Cela fait du bien de retrouver ce court. Je vais à nouveau tout donner." Au classement mondial, la Belgique est dixième, le Kazakhstan dix-septième. "Sur la base de ce classement, nous allons nous qualifier. Mais il ne comptera pas demain et après-demain", prévient Van Herck. "Nous avons certainement les qualités pour remporter trois rencontres. Nous sommes convaincus de pouvoir passer." Samedi, à partir de 13h30, les deux derniers simple et le double figurent au programme. Mertens doit en principe affronter Putintseva et Bonaventure jouer contre Diyas. En double, le duo Kirsten Flipkens/Greet Minnen est programmé contre Anna Danilina/Yaroslava Shvedova. Van Herck n'exclut pas des adaptations. "Nous allons voir comment nous nous alignerons samedi." (Belga)

"Nous avons comparé les qualités de nos joueuses avec celles des joueuses kazakhes", a expliqué le capitaine belge. "C'était très serré, mais au final, nous avons choisi Ysaline pour jouer contre Yulia Putintseva (WTA 34). Toutes les joueuses présentes ici sont très importantes pour l'équipe. Elles auront toutes leur rôle à jouer ce week-end." Mertens ouvrira le bal vendredi contre Zarina Diyas (WTA 63), qu'elle n'a jamais affrontée. "Nous avons tous joué différents matchs et eu de bons entraînements cette année. Je suis prête", a déclaré la N.1 belge. "Je ne connais pas vraiment Diyas. Je vais encore regarder précisément comment elle joue." Après le match entre Mertens et Diyas, Bonaventure défiera Putintseva. "C'est très chouette de pouvoir jouer", a commenté Bonaventure, lauréate dimanche passé du tournoi ITF d'Andrézieux-Bouthéon. "Je suis prête, je me suis bien préparée et je suis en confiance. En tant que juniore, j'ai souvent joué contre Putintseva, en 2018 je l'ai rencontrée à Auckland (victoire 6-3, 6-3, ndlr). Ce sera un match difficile. Mais j'ai confiance, je peux gagner." Lors d'un duel de Fed Cup l'an passé contre l'Espagne, déjà à Courtrai, Bonaventure avait battu l'ancienne N.1 mondiale Garbine Muguruza. "Cela m'a donné beaucoup de confiance. Cela fait du bien de retrouver ce court. Je vais à nouveau tout donner." Au classement mondial, la Belgique est dixième, le Kazakhstan dix-septième. "Sur la base de ce classement, nous allons nous qualifier. Mais il ne comptera pas demain et après-demain", prévient Van Herck. "Nous avons certainement les qualités pour remporter trois rencontres. Nous sommes convaincus de pouvoir passer." Samedi, à partir de 13h30, les deux derniers simple et le double figurent au programme. Mertens doit en principe affronter Putintseva et Bonaventure jouer contre Diyas. En double, le duo Kirsten Flipkens/Greet Minnen est programmé contre Anna Danilina/Yaroslava Shvedova. Van Herck n'exclut pas des adaptations. "Nous allons voir comment nous nous alignerons samedi." (Belga)