"Nous voulions quelqu'un qui a faim, un 'coming man'. C'est le bon moment pour prendre ce risque," a déclaré le président d'Anderlecht, Roger Vanden Stock, mercredi, à Neerpede. Anderlecht a, d'abord, esquissé le profil de son futur coach. "Un jeune entraîneur, avec beaucoup d'ambition, qui est synonyme de football offensif. John van den Brom correspond parfaitement à cela et était notre premier choix. Il veut montrer quelque chose en Europe et a encore tout à prouver," a déclaré le président des Mauves.

"J'ai commencé à le suivre il y a trois ans," a ajouté le manager, Herman Van Holsbeeck. "Quand il était entraîneur d'ADO La Haye, on lui a prêté Bulykin et il a fait de l'attaquant russe le meilleur buteur. Dans tous ses clubs, il a fait quelque chose de bien. Maintenant, il est prêt pour le pas en avant. Nous avons résolument opté pour un étranger, non pas qu'il n'y ait pas de talent ici, mais pour introduire une nouvelle manière d'entraîner à Anderlecht."

"Je veux donner une chance aux jeunes"

John van den Brom a directement été très clair concernant ses ambitions en rejoignant son nouveau club d'Anderlecht. "Je veux disputer la phase des poules de la Ligue des Champions et être champion. A présent, je travaille enfin au sein d'un club qui en est capable", a expliqué le nouveau mentor néerlandais des Mauve et Blanc, mercredi à Neerpede.

Van den Brom a déjà une bonne idée des joueurs qui composeront son noyau, mais emmènera avec lui quelques vidéos des matchs d'Anderlecht durant ses prochains jours de vacances. "On a déjà discuté renfort, mais rien de concret. Je veux d'abord apprendre à bien connaître mes joueurs avant les premiers entraînements, et ensuite les évaluer."

Il a aussi insisté sur le fait qu'il voulait donner une chance aux jeunes. "Le centre de formation fait de l'excellent boulot ici. Durant la préparation, je veux voir les jeunes au travail et leur donner une chance de pouvoir y arriver. Il devront naturellement mériter cette chance".

Le football spectacle fait aussi partie du programme de van den Brom. "Je veux que l'on pratique un football attractif. Je pense qu'il y a dans notre noyau déjà assez de qualités pour percer dans le football défensif belge."

"J'ai moi-même repris contact avec Anderlecht" John van den Brom, qui était dès le départ en pôle position, a dans un premier temps refusé mais a repris lui-même contact avec la direction des Mauves puis le transfert a été vite conclu. Van den Brom a signé un contrat de trois ans au Parc Astrid alors qu'Anderlecht a dû payer 400.000 euros à Vitesse Arnhem pour s'attacher ses services.

"J'ai été surpris par la nouvelle selon laquelle j'avais dit "non" à Anderlecht. Cela a été diffusé sur le site web de Vitesse avec des mots qui n'étaient pas les miens. Un peu plus tard, des personnes de confiance du président Jordania m'ont fait savoir que mon rôle au club était terminé."

Entre les lignes, Van den Brom a laissé sous-entendre qu'il n'aurait pas été à Neerpede ce mercredi si Vitesse ne l'avait pas poussé vers la sortie. "Quitter Arnhem de cette manière est très dur, on ne m'a pas encore expliqué les raisons. Mais une fois que cela a été clair, j'ai repris contact moi-même avec Anderlecht."

Le Néerlandais de 45 ans a d'abord été reçu par le président Roger Vanden Stock, mardi, et a ensuite visité Neerpede. "Un fantastique centre d'entraînement, je suis impatient de commencer à travailler ici," a déclaré Van den Brom qui a commencé sa conférence de presse en s'excusant : "je ne parle pas encore français. Je dis bien, pas encore. Je vais faire de mon mieux pour apprendre rapidement car je trouve que la communication est importante."

Sportfootmagazine.be, avec Belga

"Nous voulions quelqu'un qui a faim, un 'coming man'. C'est le bon moment pour prendre ce risque," a déclaré le président d'Anderlecht, Roger Vanden Stock, mercredi, à Neerpede. Anderlecht a, d'abord, esquissé le profil de son futur coach. "Un jeune entraîneur, avec beaucoup d'ambition, qui est synonyme de football offensif. John van den Brom correspond parfaitement à cela et était notre premier choix. Il veut montrer quelque chose en Europe et a encore tout à prouver," a déclaré le président des Mauves. "J'ai commencé à le suivre il y a trois ans," a ajouté le manager, Herman Van Holsbeeck. "Quand il était entraîneur d'ADO La Haye, on lui a prêté Bulykin et il a fait de l'attaquant russe le meilleur buteur. Dans tous ses clubs, il a fait quelque chose de bien. Maintenant, il est prêt pour le pas en avant. Nous avons résolument opté pour un étranger, non pas qu'il n'y ait pas de talent ici, mais pour introduire une nouvelle manière d'entraîner à Anderlecht.""Je veux donner une chance aux jeunes"John van den Brom a directement été très clair concernant ses ambitions en rejoignant son nouveau club d'Anderlecht. "Je veux disputer la phase des poules de la Ligue des Champions et être champion. A présent, je travaille enfin au sein d'un club qui en est capable", a expliqué le nouveau mentor néerlandais des Mauve et Blanc, mercredi à Neerpede.Van den Brom a déjà une bonne idée des joueurs qui composeront son noyau, mais emmènera avec lui quelques vidéos des matchs d'Anderlecht durant ses prochains jours de vacances. "On a déjà discuté renfort, mais rien de concret. Je veux d'abord apprendre à bien connaître mes joueurs avant les premiers entraînements, et ensuite les évaluer." Il a aussi insisté sur le fait qu'il voulait donner une chance aux jeunes. "Le centre de formation fait de l'excellent boulot ici. Durant la préparation, je veux voir les jeunes au travail et leur donner une chance de pouvoir y arriver. Il devront naturellement mériter cette chance". Le football spectacle fait aussi partie du programme de van den Brom. "Je veux que l'on pratique un football attractif. Je pense qu'il y a dans notre noyau déjà assez de qualités pour percer dans le football défensif belge.""J'ai moi-même repris contact avec Anderlecht" John van den Brom, qui était dès le départ en pôle position, a dans un premier temps refusé mais a repris lui-même contact avec la direction des Mauves puis le transfert a été vite conclu. Van den Brom a signé un contrat de trois ans au Parc Astrid alors qu'Anderlecht a dû payer 400.000 euros à Vitesse Arnhem pour s'attacher ses services. "J'ai été surpris par la nouvelle selon laquelle j'avais dit "non" à Anderlecht. Cela a été diffusé sur le site web de Vitesse avec des mots qui n'étaient pas les miens. Un peu plus tard, des personnes de confiance du président Jordania m'ont fait savoir que mon rôle au club était terminé." Entre les lignes, Van den Brom a laissé sous-entendre qu'il n'aurait pas été à Neerpede ce mercredi si Vitesse ne l'avait pas poussé vers la sortie. "Quitter Arnhem de cette manière est très dur, on ne m'a pas encore expliqué les raisons. Mais une fois que cela a été clair, j'ai repris contact moi-même avec Anderlecht." Le Néerlandais de 45 ans a d'abord été reçu par le président Roger Vanden Stock, mardi, et a ensuite visité Neerpede. "Un fantastique centre d'entraînement, je suis impatient de commencer à travailler ici," a déclaré Van den Brom qui a commencé sa conférence de presse en s'excusant : "je ne parle pas encore français. Je dis bien, pas encore. Je vais faire de mon mieux pour apprendre rapidement car je trouve que la communication est importante."Sportfootmagazine.be, avec Belga