"Je la sens bien, cette saison. Nos nouveaux joueurs ont des qualités. Ça s'est vu dès les premiers entraînements. Et leur état d'esprit est impeccable. Il y a un an, tout était nouveau au Standard et on avait dû faire un gros travail tactique. Aujourd'hui, 80% des gars savent ce que l'entraîneur attend d'eux. Je veux jouer pour le titre et la Coupe de Belgique. Ça doit être l'ambition du Standard chaque année. Maintenant, pour la qualification en Ligue des Champions... C'est fini, le temps où on affrontait des adversaires qui ne valaient pas grand-chose."

Jelle Van Damme a les crocs. La taille, l'envergure, les pieds XXL, les tatoos, le regard, le débit de parole, cette façon d'aller au fond des choses, de lâcher tout ce qu'il a sur le coeur, éventuellement d'égratigner l'un ou l'autre (ex-)coéquipier... C'est du Van Damme. Interview optimiste et sans chichis du monstre Rouche.

La préparation du Standard a été marquée par plein de départs et plein de rumeurs d'autres départs !
C'est clair que c'était difficile. Eiji Kawashima et Laurent Ciman n'étaient pas encore revenus et on se demandait s'ils allaient rentrer, par exemple. Mais bon, on doit être pro et faire avec les coéquipiers qu'on a près de soi.

Tu t'attendais à autant de départs ? Oui. C'était clair que Michy Batshuayi allait partir. J'avais aussi compris que William Vainqueur avait envie de changer d'air. Et Kanu, c'était pas la première fois qu'il disait qu'il visait autre chose que le Standard. Idem pour Daniel Opare, tout le monde savait qu'il était en fin de contrat et qu'il ne resterait pas.

Dans le vestiaire, on parle des autres qui ont aussi envie de s'en aller ?
On en parle peu. C'est surtout dans les journaux qu'on apprend des choses. Je ne pense pas qu'il y aura encore beaucoup de départs. Mais bon, on sait ce que ça veut dire. Tu peux avoir un joueur qui te jure qu'il va rester, demain on lui propose un pont et il s'en va. C'est pareil dans n'importe quel club, c'est le foot.

Et toi, tu restes à coup sûr ?
Je me sens bien ici ! Mon agent sait qu'il faudrait une offre dingue pour que j'aille voir ailleurs. La saison dernière, j'ai presque tout joué, tout va bien.

Et tu ne t'inquiètes pas quand tu vois que les renforts tardent à venir ? Je ne suis pas du style à appeler Roland Duchâtelet tous les jours pour avoir les dernières petites nouvelles sur le recrutement. Je sais qu'on finira par avoir une équipe avec des qualités, pas de souci.


Par Pierre Danvoye Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jelle Van Damme dans votre Sport/Foot Magazine

"Je la sens bien, cette saison. Nos nouveaux joueurs ont des qualités. Ça s'est vu dès les premiers entraînements. Et leur état d'esprit est impeccable. Il y a un an, tout était nouveau au Standard et on avait dû faire un gros travail tactique. Aujourd'hui, 80% des gars savent ce que l'entraîneur attend d'eux. Je veux jouer pour le titre et la Coupe de Belgique. Ça doit être l'ambition du Standard chaque année. Maintenant, pour la qualification en Ligue des Champions... C'est fini, le temps où on affrontait des adversaires qui ne valaient pas grand-chose." Jelle Van Damme a les crocs. La taille, l'envergure, les pieds XXL, les tatoos, le regard, le débit de parole, cette façon d'aller au fond des choses, de lâcher tout ce qu'il a sur le coeur, éventuellement d'égratigner l'un ou l'autre (ex-)coéquipier... C'est du Van Damme. Interview optimiste et sans chichis du monstre Rouche. La préparation du Standard a été marquée par plein de départs et plein de rumeurs d'autres départs ! C'est clair que c'était difficile. Eiji Kawashima et Laurent Ciman n'étaient pas encore revenus et on se demandait s'ils allaient rentrer, par exemple. Mais bon, on doit être pro et faire avec les coéquipiers qu'on a près de soi. Tu t'attendais à autant de départs ? Oui. C'était clair que Michy Batshuayi allait partir. J'avais aussi compris que William Vainqueur avait envie de changer d'air. Et Kanu, c'était pas la première fois qu'il disait qu'il visait autre chose que le Standard. Idem pour Daniel Opare, tout le monde savait qu'il était en fin de contrat et qu'il ne resterait pas. Dans le vestiaire, on parle des autres qui ont aussi envie de s'en aller ? On en parle peu. C'est surtout dans les journaux qu'on apprend des choses. Je ne pense pas qu'il y aura encore beaucoup de départs. Mais bon, on sait ce que ça veut dire. Tu peux avoir un joueur qui te jure qu'il va rester, demain on lui propose un pont et il s'en va. C'est pareil dans n'importe quel club, c'est le foot. Et toi, tu restes à coup sûr ? Je me sens bien ici ! Mon agent sait qu'il faudrait une offre dingue pour que j'aille voir ailleurs. La saison dernière, j'ai presque tout joué, tout va bien. Et tu ne t'inquiètes pas quand tu vois que les renforts tardent à venir ? Je ne suis pas du style à appeler Roland Duchâtelet tous les jours pour avoir les dernières petites nouvelles sur le recrutement. Je sais qu'on finira par avoir une équipe avec des qualités, pas de souci. Par Pierre Danvoye Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jelle Van Damme dans votre Sport/Foot Magazine