Championne olympique, du monde (2017) et d'Europe de l'heptathlon, Nafi Thiam, 25 ans, a pu bénéficier de l'aide de l'ADEPS pour combiner ses études universitaires en géographie. La Namuroise d'origine a son diplôme en poche et peut se concentrer à plein temps sur les JO de Tokyo l'an prochain et les JO de Paris ensuite comme "ultime objectif", a-t-elle expliqué vendredi. "Ce "projet de vie" est un maillon essentiel de nos objectifs", a expliqué la ministre (MR), qui a aussi l'enseignement supérieur dans son portefeuille. "Nous ne sommes pas là pour produire des générations de médaillés, mais pour investir dans des personnes pour qui il y a une vie avant et après les podiums". Valérie Glatigny, 46 ans, a rappelé que le taux de réussite dans les études est de 80% pour les sportifs de haut niveau car ils sont accompagnés et qu'ils portent en eux des valeurs qu'ils pourront utiliser dans leur vie professionnelle comme le dépassement de soi, le respect, le travail en équipe. eDes valeurs qu'incarne Nafi qui démontre combien il est tout à fait possible, comme d'autres, de combiner sport de haut niveau et études de haut niveau." La ministre des sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles, première femme à ce titre, a insisté sur le sport féminin. "Avec aussi des athlètes comme Amjahid Amal (multiple championne du monde de ju-jitsu, ndlr) ou les Belgian Cats (l'équipe nationale de basket féminin, ndlr), Nafissatou Thiam fait partie de cette génération d'athlètes qui font rayonner le sport féminin. C'est l'un des piliers de mon mandat, promouvoir le sport féminin en mettant notamment en avant les athlètes de haut niveau." (Belga)