Le calcul était simple pour les Belges, marquer 4 buts de plus que les Russes pour assurer leur place en demies. Et dès le premier quart-temps, leur mission était déjà remplie. Il fallait d'ailleurs ne pas arriver en retard pour assister au 1er but. Après 33 secondes de jeu, Florent Van Aubel ouvrait déjà le score d'une astucieuse déviation entre ses jambes (1e). Avec en attaque Nicolas De Kerpel, de retour de blessure, les occasions se sont succédées pour la Belgique, mais c'est sur son 1er penalty corner (pc) qu'elle doublait l'écart, via son sleeper attitré Alexandre Hendrickx (8e). Tom Boon touchait le poteau d'un tir de revers. Une minute plus tard, Felix Denayer, en glissade, et Hendrickx voyaient leurs tentatives repoussées par le gardien Ivan Ozherelev, mais Thomas Briels récupérait la balle et centrait pour De Kerpel qui déviait dans le plafond (3-0, 9e). Hendrickx prenait le 4-0 à son compte, transformant imparablement le 5e pc belge (13e). Loick Van Doren, titularisé à la place de Vincent Vanasch entre les poteaux, intervenait bien à propos en fin de période sur un tir d'Andrey Kuraev. Le deuxième quart perdait en intensité. Les Lions reculaient quelque peu et Loick Van Doren devait s'employer à plusieurs reprises pour garder le zéro. Profitant d'un peu plus d'espace, Antoine Kina armait un revers percutant en fin de 1ère période (5-0, 27e). Avec encore quelques secondes au compteur, la Russie forçait son premier pc. Artem Nadyrshin envoyait un sleep à plat côté défenseur sur la ligne. Van Aubel ne pouvait le dévier (5-1, 30e ). Qu'importe, l'attaquant du Dragons se rattrapait 15 secondes plus tard en déviant sur la ligne un envoi de Simon Gougnard après un beau travail de pénétration du Brabançon (6-1, 30e). Le pressing belge s'est relâché au retour des vestiaires, laissant la Russie s'approcher du cercle des Lions, avec à la clé deux pc. Le premier était non cadré et le deuxième sauvé par le cadet des frères Van Doren. La machine belge s'est ensuite remise en route. Sur une belle descente de Kina, Boon frappait à nouveau le montant adverse, mais héritait de la responsabilité du sleep sur le 7e pc belge, trompant Ozherelev côté gauche (7-1, 41e). Un manque de concentration dans la défense permettait néanmoins à Kuraev de réagir trois minutes plus tard (7-2, 44e). Vexé par ce nul sur papier dans le 3e quart-temps (1-1), les Lions sont repartis à l'assaut du but adverse dans la dernière période. Les occasions y ont été les plus nombreuses. Hendrickx a réussi son triplé de la journée sur le 8e pc (8-2, 54e), avant que Thomas Briels n'ouvre son compteur but en concluant une contre-attaque d'un beau flat dans le plafond pour fixer le score (9-2, 56e). Au classement de la poule A, avant le dernier match entre l'Angleterre et l'Espagne, la Belgique mène la poule avec 6 points et une différence de buts de +8. L'Angleterre est à égalité de points, mais possède deux buts de moins dans son escarcelle. L'Espagne est 3e avec 3 pts (+1). La Russie (0) jouera la poule pour la relégation. (Belga)

Le calcul était simple pour les Belges, marquer 4 buts de plus que les Russes pour assurer leur place en demies. Et dès le premier quart-temps, leur mission était déjà remplie. Il fallait d'ailleurs ne pas arriver en retard pour assister au 1er but. Après 33 secondes de jeu, Florent Van Aubel ouvrait déjà le score d'une astucieuse déviation entre ses jambes (1e). Avec en attaque Nicolas De Kerpel, de retour de blessure, les occasions se sont succédées pour la Belgique, mais c'est sur son 1er penalty corner (pc) qu'elle doublait l'écart, via son sleeper attitré Alexandre Hendrickx (8e). Tom Boon touchait le poteau d'un tir de revers. Une minute plus tard, Felix Denayer, en glissade, et Hendrickx voyaient leurs tentatives repoussées par le gardien Ivan Ozherelev, mais Thomas Briels récupérait la balle et centrait pour De Kerpel qui déviait dans le plafond (3-0, 9e). Hendrickx prenait le 4-0 à son compte, transformant imparablement le 5e pc belge (13e). Loick Van Doren, titularisé à la place de Vincent Vanasch entre les poteaux, intervenait bien à propos en fin de période sur un tir d'Andrey Kuraev. Le deuxième quart perdait en intensité. Les Lions reculaient quelque peu et Loick Van Doren devait s'employer à plusieurs reprises pour garder le zéro. Profitant d'un peu plus d'espace, Antoine Kina armait un revers percutant en fin de 1ère période (5-0, 27e). Avec encore quelques secondes au compteur, la Russie forçait son premier pc. Artem Nadyrshin envoyait un sleep à plat côté défenseur sur la ligne. Van Aubel ne pouvait le dévier (5-1, 30e ). Qu'importe, l'attaquant du Dragons se rattrapait 15 secondes plus tard en déviant sur la ligne un envoi de Simon Gougnard après un beau travail de pénétration du Brabançon (6-1, 30e). Le pressing belge s'est relâché au retour des vestiaires, laissant la Russie s'approcher du cercle des Lions, avec à la clé deux pc. Le premier était non cadré et le deuxième sauvé par le cadet des frères Van Doren. La machine belge s'est ensuite remise en route. Sur une belle descente de Kina, Boon frappait à nouveau le montant adverse, mais héritait de la responsabilité du sleep sur le 7e pc belge, trompant Ozherelev côté gauche (7-1, 41e). Un manque de concentration dans la défense permettait néanmoins à Kuraev de réagir trois minutes plus tard (7-2, 44e). Vexé par ce nul sur papier dans le 3e quart-temps (1-1), les Lions sont repartis à l'assaut du but adverse dans la dernière période. Les occasions y ont été les plus nombreuses. Hendrickx a réussi son triplé de la journée sur le 8e pc (8-2, 54e), avant que Thomas Briels n'ouvre son compteur but en concluant une contre-attaque d'un beau flat dans le plafond pour fixer le score (9-2, 56e). Au classement de la poule A, avant le dernier match entre l'Angleterre et l'Espagne, la Belgique mène la poule avec 6 points et une différence de buts de +8. L'Angleterre est à égalité de points, mais possède deux buts de moins dans son escarcelle. L'Espagne est 3e avec 3 pts (+1). La Russie (0) jouera la poule pour la relégation. (Belga)