"Personnellement, j'aurais préféré plus d'arrivées au sommet. Là, il n'y en aura que trois mais cela reste un parcours très intéressant", a reconnu le Slovène, 22 ans. "Les deux premières étapes en Bretagne vont être un peu stressantes. Il y a aussi un contre-la-montre qui arrive très vite, qui je pense va me convenir. Il a l'air assez plat. Ça va être une première semaine excitante, j'ai entendu qu'il y aurait des parties venteuses, il faudra se méfier." "Dans les Alpes, cela va durer seulement deux jours mais il y a des montées très dures, en peu de kilomètres, dans des endroits de légende, avec près de 4.500m de dénivelé positif. Ensuite les Pyrénées. J'aime les Pyrénées, c'est aussi là que j'ai gagné mon Tour de France cette année et j'espère me montrer là-bas de la même manière. Autour d'Andorre, c'est particulièrement difficile. J'avais gagné cette étape en 2019, sur la Vuelta (qu'il avait terminée à la 3e place du général et meilleur jeune, ndlr). Comme cette année, on va encore terminer le Tour par un contre-la-montre, pour la 20e étape, il sera bien plus plat et moins technique, mais c'est possible que tout se joue encore là", a commenté Tadej Pogacar au quotidien sportif français. (Belga)

"Personnellement, j'aurais préféré plus d'arrivées au sommet. Là, il n'y en aura que trois mais cela reste un parcours très intéressant", a reconnu le Slovène, 22 ans. "Les deux premières étapes en Bretagne vont être un peu stressantes. Il y a aussi un contre-la-montre qui arrive très vite, qui je pense va me convenir. Il a l'air assez plat. Ça va être une première semaine excitante, j'ai entendu qu'il y aurait des parties venteuses, il faudra se méfier." "Dans les Alpes, cela va durer seulement deux jours mais il y a des montées très dures, en peu de kilomètres, dans des endroits de légende, avec près de 4.500m de dénivelé positif. Ensuite les Pyrénées. J'aime les Pyrénées, c'est aussi là que j'ai gagné mon Tour de France cette année et j'espère me montrer là-bas de la même manière. Autour d'Andorre, c'est particulièrement difficile. J'avais gagné cette étape en 2019, sur la Vuelta (qu'il avait terminée à la 3e place du général et meilleur jeune, ndlr). Comme cette année, on va encore terminer le Tour par un contre-la-montre, pour la 20e étape, il sera bien plus plat et moins technique, mais c'est possible que tout se joue encore là", a commenté Tadej Pogacar au quotidien sportif français. (Belga)