Vadis Odjidja à propos...

...de la Coupe de Belgique : "Je ne sais plus exactement qui a été éliminé quand mais avant le match de Genk à l'Union, nous nous sommes dit : nous ne sommes pas bons en championnat alors cette saison, nous devons miser sur la coupe. Quand Genk a été éliminé, nous nous sommes concentrés encore un peu plus sur elle. Il y avait un coup à jouer. Dommage. (...) En demi-finales, nous avons eu de la chance contre Ostende. Notre adversaire s'est tiré dans le pied à Gand : il jouait à onze contre neuf mais a pris une carte rouge et nous avons égalisé 2-2, avec un brin de chance. Au match-retour, nous avions le sentiment que nous allions gagner. A la demi-heure, nous étions menés 2-0. Ce fut dur. A la mi-temps, l'entraîneur nous a remotivés. Nous avons vraiment cru que nous étions capables de redresser la situation. Nous y sommes parvenus en fin de match puis dans les tirs au but. Mais en finale, nous ne sommes plus parvenus à infléchir la tendance dès l'instant où nous étions menés."

...du rôle de leader : "Je prends mes responsabilités sur le terrain. En dehors, je n'ai pas à dire aux autres ce qu'ils doivent faire. Je ne suis pas fait pour ça. Je sais quand quelque chose ne va pas mais ce n'est pas à moi de le dire, surtout si chacun fait de son mieux sur le terrain. En match, j'aime entraîner les autres, par contre."

...de la saison de La Gantoise : "La situation a souvent mal tourné dans les moments où nous pouvions faire un pas en avant, sauf à la fin, quand c'était crucial. Pourquoi? Je n'en sais rien. Je préfère en tout cas être à notre place qu'à celle de Saint-Trond, qui a échoué sur le fil. Le STVV a gagné chez nous mais nous avons enlevé le dernier match, le plus important. Donc, nous méritons plus les PO1. Mais je ne dirai pas que Gand méritait la coupe davantage que Malines."

Par Peter T'Kint et Frédéric Vanheule

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Vadis Odjidja dans votre Sport/Foot Magazine