"Cela ne va pas être facile à gérer. Il va falloir bien récupérer", a-t-il expliqué au moment de quitter Flushing Meadows. "Il va déjà falloir rentrer en Europe, et puis se préparer sur une autre surface. D'abord préparer son corps pour les glissades, pour des points un peu plus longs, pour des autres trajectoires. La terre battue demande plus de préparation. Donc il va falloir vite repasser à autre chose. Et essayer d'être prêt pour Roland Garros, qui est clairement l'objectif, c'est sûr." En guise de préparation pour les Internationaux de France, la dernière levée du Grand Chelem de cette année bien étrange, David Goffin a prévu de participer au tournoi ATP Masters 1000 sur terre battue de Rome, qui commence lundi prochain. "Normalement, oui. Je vais un peu regarder avec Thomas (NdlR : Johansson, son coach) comment agencer le programme", a-t-il poursuivi. "Voir d'abord si tout est en ordre afin que nous puissions rentrer. Physiquement, il n'y a pas de bobos, donc rien ne m'empêche en soi de jouer. On va en discuter. J'aurais aimé aller un tour plus loin ici à New York, mais je n'ai pas réussi à saisir l'opportunité. C'est dommage, mais je pense qu'il y en aura d'autres. Il faut se reconcentrer et j'espère qu'à Roland Garros, cela ira encore mieux." . (Belga)

"Cela ne va pas être facile à gérer. Il va falloir bien récupérer", a-t-il expliqué au moment de quitter Flushing Meadows. "Il va déjà falloir rentrer en Europe, et puis se préparer sur une autre surface. D'abord préparer son corps pour les glissades, pour des points un peu plus longs, pour des autres trajectoires. La terre battue demande plus de préparation. Donc il va falloir vite repasser à autre chose. Et essayer d'être prêt pour Roland Garros, qui est clairement l'objectif, c'est sûr." En guise de préparation pour les Internationaux de France, la dernière levée du Grand Chelem de cette année bien étrange, David Goffin a prévu de participer au tournoi ATP Masters 1000 sur terre battue de Rome, qui commence lundi prochain. "Normalement, oui. Je vais un peu regarder avec Thomas (NdlR : Johansson, son coach) comment agencer le programme", a-t-il poursuivi. "Voir d'abord si tout est en ordre afin que nous puissions rentrer. Physiquement, il n'y a pas de bobos, donc rien ne m'empêche en soi de jouer. On va en discuter. J'aurais aimé aller un tour plus loin ici à New York, mais je n'ai pas réussi à saisir l'opportunité. C'est dommage, mais je pense qu'il y en aura d'autres. Il faut se reconcentrer et j'espère qu'à Roland Garros, cela ira encore mieux." . (Belga)