Parfois, ce sont les adversaires qui parlent le mieux des progrès du numéro 1 belge. Le Francilien, qui disputait son premier US Open, n'a ainsi pas hésité à reconnaître qu'il s'était senti impuissant sur le court. "Je n'avais pas trop de solutions, il ne ratait rien", a-t-il soupiré devant un journaliste de L'Équipe après sa défaite. "De temps en temps je pouvais le déranger un peu, mais sur la durée, il fallait que je joue quatre, cinq, six grosses frappes à chaque point. Il était sur un rythme de croisière. J'ai vite senti que ça allait être très compliqué". Grégoire Barrere, qui a concédé 7 fois son service et n'a réussi à frapper que 14 coups gagnants, a avoué avoir rencontré beaucoup de problèmes contre David Goffin. "Il me retourne tout le temps, il est très rapide. Donc c'est très compliqué de lui mettre des coups gagnants. Contre un joueur comme ça, dès que je suis un peu moins bien, l'écart se creuse très rapidement. Il m'embête beaucoup. Aujourd'hui, j'étais un peu plus lent que d'habitude, j'ai tout fait un peu moins bien et ça ne pardonne pas". David Goffin, pour sa part, attend désormais le vainqueur du match entre l'Espagnol Pablo Carreno Busta (ATP 69), 28 ans, demi-finaliste de l'édition 2017, et le Lituanien Ricardas Berankis (ATP 68), 29 ans, qu'il a facilement battu au premier tour à Roland Garros. (Belga)