"Ce n'était pas génial", a-t-il confié après sa défaite. "Mais quand on ne peut pas s'entraîner, ce n'est pas évident. J'ai rencontré des problèmes au genou après Cincinnati, qui m'ont obligé à me retirer du tournoi de Winston-Salem. Et ici, je ne me suis pour ainsi dire pas entraîné. J'ai tapé deux fois, mais sans bouger, et c'était compliqué. La priorité, c'était les soins. Je voulais vraiment me donner une chance de participer à ce dernier Grand Chelem de l'année. Il y a dès lors beaucoup de frustration. Je voulais concourir, être compétitif, j'ai essayé par tous les moyens, mais je n'étais pas prêt. C'est la vie. Lui a bien joué, mais avec ce genre de préparation, cela ne passe pas, quel que soit l'adversaire." La où un certain Novak Djokovic (ATP 1) tentera de réaliser le Grand Chelem à l'US Open, David Goffin n'aura, lui, du coup, pas gagné le moindre match en Grand Chelem cette saison. Une mésaventure qui ne lui était plus arrivée depuis l'année 2013, soit quasiment dans une autre vie. "ll y a différentes raisons à ces échecs, la confiance, les blessures", a-t-il poursuivi. "C'est dur, parce que je fais toujours mon programme en fonction de ces grands rendez-vous. Souvent, j'ai bien joué dans ces tournois-là parce que je m'étais bien préparé. Depuis le début de la saison, je n'ai jamais réussi à être au mieux de ma forme dans les moments que j'avais pointés. Cela a chaque fois été du rafistolage. Avant Roland, cela allait mieux, puis je me suis blessée aux adducteurs. Ensuite, il y a eu la cheville avant Wimbledon. Là c'est le genou qui m'a posé problème. Il faudra continuer en espérant être à 100% physiquement pendant une bonne période", a-t-il conclu. (Belga)

"Ce n'était pas génial", a-t-il confié après sa défaite. "Mais quand on ne peut pas s'entraîner, ce n'est pas évident. J'ai rencontré des problèmes au genou après Cincinnati, qui m'ont obligé à me retirer du tournoi de Winston-Salem. Et ici, je ne me suis pour ainsi dire pas entraîné. J'ai tapé deux fois, mais sans bouger, et c'était compliqué. La priorité, c'était les soins. Je voulais vraiment me donner une chance de participer à ce dernier Grand Chelem de l'année. Il y a dès lors beaucoup de frustration. Je voulais concourir, être compétitif, j'ai essayé par tous les moyens, mais je n'étais pas prêt. C'est la vie. Lui a bien joué, mais avec ce genre de préparation, cela ne passe pas, quel que soit l'adversaire." La où un certain Novak Djokovic (ATP 1) tentera de réaliser le Grand Chelem à l'US Open, David Goffin n'aura, lui, du coup, pas gagné le moindre match en Grand Chelem cette saison. Une mésaventure qui ne lui était plus arrivée depuis l'année 2013, soit quasiment dans une autre vie. "ll y a différentes raisons à ces échecs, la confiance, les blessures", a-t-il poursuivi. "C'est dur, parce que je fais toujours mon programme en fonction de ces grands rendez-vous. Souvent, j'ai bien joué dans ces tournois-là parce que je m'étais bien préparé. Depuis le début de la saison, je n'ai jamais réussi à être au mieux de ma forme dans les moments que j'avais pointés. Cela a chaque fois été du rafistolage. Avant Roland, cela allait mieux, puis je me suis blessée aux adducteurs. Ensuite, il y a eu la cheville avant Wimbledon. Là c'est le genou qui m'a posé problème. Il faudra continuer en espérant être à 100% physiquement pendant une bonne période", a-t-il conclu. (Belga)