Après sa chute le 5 août dernier à Milan-Turin, où il s'était cassé la clavicule, l'ancien champion de Belgique a pu à nouveau réussir de belles performances. Lampaert aborde cet hiver avec un bon sentiment: "C'est une saison qui se termine en beauté. Je suis super content. J'ai eu un sérieux revers en août mais j'ai pu revenir en beauté. C'était aussi une course folle. Il fallait être attentif à chaque seconde. Ce n'était pas seulement difficile au niveau physique mais aussi au niveau mental" a déclaré Lampaert. Mathieu van der Poel, quant à lui, a été victime d'une chute. "Je ne l'ai pas vu, je roulais devant", a raconté le coureur de Deceuninck-Quick Step. "J'ai senti un bruit et quand je me suis retourné, j'ai vu Mathieu allongé dans le fossé. Nous avons continué à avancer avec le groupe. Nous avons fait une bonne course d'équipe parce qu'à 8 kilomètres de l'arrivée nous étions à quatre dans le groupe de tête". Et puis il était temps pour Yves Lampaert de passer à l'attaque. "J'avais déjà essayé à Oostdunkerque mais ils ne voulaient pas me laisser partir. La deuxième fois j'ai accéléré, c'était bon. En approchant la ligne d'arrivée, je me suis senti très lourd. J'ai tout donné jusqu'au bout". (Belga)

Après sa chute le 5 août dernier à Milan-Turin, où il s'était cassé la clavicule, l'ancien champion de Belgique a pu à nouveau réussir de belles performances. Lampaert aborde cet hiver avec un bon sentiment: "C'est une saison qui se termine en beauté. Je suis super content. J'ai eu un sérieux revers en août mais j'ai pu revenir en beauté. C'était aussi une course folle. Il fallait être attentif à chaque seconde. Ce n'était pas seulement difficile au niveau physique mais aussi au niveau mental" a déclaré Lampaert. Mathieu van der Poel, quant à lui, a été victime d'une chute. "Je ne l'ai pas vu, je roulais devant", a raconté le coureur de Deceuninck-Quick Step. "J'ai senti un bruit et quand je me suis retourné, j'ai vu Mathieu allongé dans le fossé. Nous avons continué à avancer avec le groupe. Nous avons fait une bonne course d'équipe parce qu'à 8 kilomètres de l'arrivée nous étions à quatre dans le groupe de tête". Et puis il était temps pour Yves Lampaert de passer à l'attaque. "J'avais déjà essayé à Oostdunkerque mais ils ne voulaient pas me laisser partir. La deuxième fois j'ai accéléré, c'était bon. En approchant la ligne d'arrivée, je me suis senti très lourd. J'ai tout donné jusqu'au bout". (Belga)