Le SKA dispose des données de 4.017 athlètes après une enquête sur son site web. "Le groupe n'est peut-être pas représentatif de tous les athlètes, mais les données sont néanmoins de nature à faire réfléchir", a avancé le communiqué. L'analyse montre que plus d'un tiers (37%) des personnes interrogées ayant présenté des symptômes du COVID-19 au cours des 12 derniers mois souffrent de symptômes persistants susceptibles d'indiquer une maladie cardiovasculaire. Il s'agit notamment de plaintes telles que des palpitations ou des douleurs thoraciques. "Les chiffres provisoires sont inquiétants, en partie à cause du risque d'arythmie cardiaque, qui peut parfois avoir de graves conséquences", prévient le SKA. Une étude de suivi, l'étude COVIDEX, vise à déterminer combien d'athlètes de compétition ont subi le COVID-19, dans combien de cas la maladie a été accompagnée de lésions du muscle cardiaque et dans quelle mesure les problèmes entraînent une arythmie. (Belga)

Le SKA dispose des données de 4.017 athlètes après une enquête sur son site web. "Le groupe n'est peut-être pas représentatif de tous les athlètes, mais les données sont néanmoins de nature à faire réfléchir", a avancé le communiqué. L'analyse montre que plus d'un tiers (37%) des personnes interrogées ayant présenté des symptômes du COVID-19 au cours des 12 derniers mois souffrent de symptômes persistants susceptibles d'indiquer une maladie cardiovasculaire. Il s'agit notamment de plaintes telles que des palpitations ou des douleurs thoraciques. "Les chiffres provisoires sont inquiétants, en partie à cause du risque d'arythmie cardiaque, qui peut parfois avoir de graves conséquences", prévient le SKA. Une étude de suivi, l'étude COVIDEX, vise à déterminer combien d'athlètes de compétition ont subi le COVID-19, dans combien de cas la maladie a été accompagnée de lésions du muscle cardiaque et dans quelle mesure les problèmes entraînent une arythmie. (Belga)