Cette campagne de mobilisation, intitulée 'Stop Tokyo Olympics', affichait plus de 207.000 signatures vendredi trois jours seulement après son lancement. L'objectif de son initiateur, un avocat connu au Japon, Kenji Utsunomiya, était de récolter 200.000 signataires. Le discours officiel ne laisse planer aucun doute sur la tenue des JO, mais l'action de Kenji Utsunomiya souligne le sentiment de défiance exprimé par une majorité de la population japonaise. "La politique du gouvernement est aujourd'hui focalisée sur la tenue des Jeux Olympiques, au détriment des mesures visant à enrayer la pandémie de coronavirus. Dans les hôpitaux, le personnel est à bout de souffle et les lits manquent. Certains malades meurent chez eux", justifie Kenji Utsunomiya, dont les propos sont repris par le site spécialisé Francsjeux.com. La situation sanitaire reste inquiétante au Japon. Le gouvernement japonais s'apprêtait vendredi à prolonger jusqu'à fin mai l'état d'urgence dans quatre départements, dont celui de Tokyo censé accueillir les JO cet été, et à ajouter deux départements à ce dispositif. Réinstauré depuis le 25 avril à Tokyo et trois autres départements de l'ouest du pays (Osaka, Kyoto et Hyogo), l'état d'urgence sera prolongé jusqu'au 31 mai, alors qu'il devait initialement prendre fin mardi prochain, a déclaré vendredi au Parlement le ministre chargé de la gestion de la crise sanitaire, Yasutoshi Nishimura. Les départements d'Aichi (centre) et de Fukuoka (sud-ouest) seront ajoutés au dispositif, a confirmé le ministre. (Belga)

Cette campagne de mobilisation, intitulée 'Stop Tokyo Olympics', affichait plus de 207.000 signatures vendredi trois jours seulement après son lancement. L'objectif de son initiateur, un avocat connu au Japon, Kenji Utsunomiya, était de récolter 200.000 signataires. Le discours officiel ne laisse planer aucun doute sur la tenue des JO, mais l'action de Kenji Utsunomiya souligne le sentiment de défiance exprimé par une majorité de la population japonaise. "La politique du gouvernement est aujourd'hui focalisée sur la tenue des Jeux Olympiques, au détriment des mesures visant à enrayer la pandémie de coronavirus. Dans les hôpitaux, le personnel est à bout de souffle et les lits manquent. Certains malades meurent chez eux", justifie Kenji Utsunomiya, dont les propos sont repris par le site spécialisé Francsjeux.com. La situation sanitaire reste inquiétante au Japon. Le gouvernement japonais s'apprêtait vendredi à prolonger jusqu'à fin mai l'état d'urgence dans quatre départements, dont celui de Tokyo censé accueillir les JO cet été, et à ajouter deux départements à ce dispositif. Réinstauré depuis le 25 avril à Tokyo et trois autres départements de l'ouest du pays (Osaka, Kyoto et Hyogo), l'état d'urgence sera prolongé jusqu'au 31 mai, alors qu'il devait initialement prendre fin mardi prochain, a déclaré vendredi au Parlement le ministre chargé de la gestion de la crise sanitaire, Yasutoshi Nishimura. Les départements d'Aichi (centre) et de Fukuoka (sud-ouest) seront ajoutés au dispositif, a confirmé le ministre. (Belga)