En 2021, Weug, qui est née et a grandi en Espagne, va bénéficier des moyens et des enseignements de la FDA, qui a notamment amené le Monégasque Charles Leclerc jusqu'à la catégorie reine en commençant par la Formule 4. La jeune fille, dont le père est passionné de sports mécaniques, a commencé le karting à 7 ans, en 2011, sur un kart d'occasion qu'elle partageait avec son frère, avant de débuter la compétition en 2013 en Espagne au niveau régional puis national. Elle a été sélectionnée dans le cadre d'un programme de détection à destination des filles âgées de 12 à 16 ans mené avec la Fédération internationale de l'automobile (FIA), dont les trois autres finalistes étaient les Brésiliennes Julia Ayoub, 16 ans, et Antonella Bassani, 14 ans, ainsi que la Française Doriane Pin, 17 ans. "Je n'oublierai jamais cette journée", a commenté Maya Weng dans le communiqué de Ferrari. "Cela me fait réaliser que j'avais raison de poursuivre mon rêve de devenir pilote de course. Je vais tout donner pour montrer aux gens qui ont cru en moi que je mérite de porter la combinaison de la Ferrari Driver Academy et j'ai hâte de venir à Maranello pour commencer à préparer ma premières saison en monoplace". Ce programme, reconduit cette année, avait débuté en février dernier avec la sélection par la FIA de 20 jeunes pilotes venant du monde entier identifiées grâce à leurs autorités sportives nationales. Le sport automobile est théoriquement mixte mais les femmes demeurent sous-représentées, sinon absentes, parmi les pilotes, mais aussi le personnel des équipes. Ainsi, en 71 éditions du Championnat du monde de Formule 1, seules deux femmes ont pris le départ d'un Grand Prix, la dernière fois en 1976 avec l'Italienne Lella Lombardi. Plusieurs initiatives ont été lancées récemment pour y remédier: le programme FIA Girls on Track - Rising Stars de la Commission pour les femmes dans le sport auto de la FIA et de Ferrari, mais aussi les W Series, championnat de monoplaces réservé aux jeunes femmes dont les primes doivent permettre aux concurrentes de financer la suite de leur carrière dans des catégories mixtes. (Belga)

En 2021, Weug, qui est née et a grandi en Espagne, va bénéficier des moyens et des enseignements de la FDA, qui a notamment amené le Monégasque Charles Leclerc jusqu'à la catégorie reine en commençant par la Formule 4. La jeune fille, dont le père est passionné de sports mécaniques, a commencé le karting à 7 ans, en 2011, sur un kart d'occasion qu'elle partageait avec son frère, avant de débuter la compétition en 2013 en Espagne au niveau régional puis national. Elle a été sélectionnée dans le cadre d'un programme de détection à destination des filles âgées de 12 à 16 ans mené avec la Fédération internationale de l'automobile (FIA), dont les trois autres finalistes étaient les Brésiliennes Julia Ayoub, 16 ans, et Antonella Bassani, 14 ans, ainsi que la Française Doriane Pin, 17 ans. "Je n'oublierai jamais cette journée", a commenté Maya Weng dans le communiqué de Ferrari. "Cela me fait réaliser que j'avais raison de poursuivre mon rêve de devenir pilote de course. Je vais tout donner pour montrer aux gens qui ont cru en moi que je mérite de porter la combinaison de la Ferrari Driver Academy et j'ai hâte de venir à Maranello pour commencer à préparer ma premières saison en monoplace". Ce programme, reconduit cette année, avait débuté en février dernier avec la sélection par la FIA de 20 jeunes pilotes venant du monde entier identifiées grâce à leurs autorités sportives nationales. Le sport automobile est théoriquement mixte mais les femmes demeurent sous-représentées, sinon absentes, parmi les pilotes, mais aussi le personnel des équipes. Ainsi, en 71 éditions du Championnat du monde de Formule 1, seules deux femmes ont pris le départ d'un Grand Prix, la dernière fois en 1976 avec l'Italienne Lella Lombardi. Plusieurs initiatives ont été lancées récemment pour y remédier: le programme FIA Girls on Track - Rising Stars de la Commission pour les femmes dans le sport auto de la FIA et de Ferrari, mais aussi les W Series, championnat de monoplaces réservé aux jeunes femmes dont les primes doivent permettre aux concurrentes de financer la suite de leur carrière dans des catégories mixtes. (Belga)