"Ce fut un match très intense, même complètement fou par moments", raconta-t-il. "Il y a eu de très longs échanges et j'ai eu un peu de chance, car cela aurait pu tourner dans tous les sens. J'ai tout de même dû sauver deux balles de match (NDLR: à 5-4 et 6-5 dans le deuxième set). Il était un peu tendu et j'ai tout fait pour ne pas lâcher. À la fin, nous étions tous les deux fatigués, mais j'ai tenu. Je me suis bien préparé. J'ai mis toutes les chances de mon côté pour revenir, car je sais que je n'en aurai plus 15.000 (sic) dans ma carrière. Et je suis prêt à me battre. Ce serait dommage si ce n'était pas le cas après un an passé à la maison", sourit-il. L'année 2019 démarre donc de la meilleure des manières pour Steve Darcis. Ce vendredi, en quart de finale, l'attend désormais le vainqueur du match entre le Tunisien Malek Jaziri (ATP 45), 34 ans, et l'Indien Ramkunar Ramanathan (ATP 132), bénéficiaire d'une wild card. "Ce sont tous les deux de bons joueurs", poursuivit-il. "Ramanathan joue chez lui. Il pratique un tennis assez agressif. Il fallait voir la manière dont il s'invectivait lors de son premier match. Et tout le public sera évidemment derrière lui. Jaziri, pour sa part, est quelqu'un de très doué. Ce n'est pas pour rien qu'il est 40e mondial. Il sait tout faire avec une balle. Je m'attends donc à un match très compliqué. Le plus important, cela dit, sera de bien récupérer. Il est déjà 22 heures passées et je vais encore me rendre chez le kiné. Et je dois également me dépêcher de reporter mon vol", a conclu "Shark". (Belga)

"Ce fut un match très intense, même complètement fou par moments", raconta-t-il. "Il y a eu de très longs échanges et j'ai eu un peu de chance, car cela aurait pu tourner dans tous les sens. J'ai tout de même dû sauver deux balles de match (NDLR: à 5-4 et 6-5 dans le deuxième set). Il était un peu tendu et j'ai tout fait pour ne pas lâcher. À la fin, nous étions tous les deux fatigués, mais j'ai tenu. Je me suis bien préparé. J'ai mis toutes les chances de mon côté pour revenir, car je sais que je n'en aurai plus 15.000 (sic) dans ma carrière. Et je suis prêt à me battre. Ce serait dommage si ce n'était pas le cas après un an passé à la maison", sourit-il. L'année 2019 démarre donc de la meilleure des manières pour Steve Darcis. Ce vendredi, en quart de finale, l'attend désormais le vainqueur du match entre le Tunisien Malek Jaziri (ATP 45), 34 ans, et l'Indien Ramkunar Ramanathan (ATP 132), bénéficiaire d'une wild card. "Ce sont tous les deux de bons joueurs", poursuivit-il. "Ramanathan joue chez lui. Il pratique un tennis assez agressif. Il fallait voir la manière dont il s'invectivait lors de son premier match. Et tout le public sera évidemment derrière lui. Jaziri, pour sa part, est quelqu'un de très doué. Ce n'est pas pour rien qu'il est 40e mondial. Il sait tout faire avec une balle. Je m'attends donc à un match très compliqué. Le plus important, cela dit, sera de bien récupérer. Il est déjà 22 heures passées et je vais encore me rendre chez le kiné. Et je dois également me dépêcher de reporter mon vol", a conclu "Shark". (Belga)