Lors du traditionnel défilé des nations de la cérémonie d'ouverture des Jeux, ce team de 10 athlètes défilera sous la bannière olympique juste derrière le pays-hôte, le Brésil, un symbole fort destiné à "envoyer un message d'espoir à tous les réfugiés du monde" et à "attirer l'attention de la planète sur l'ampleur de la crise" les concernant. Préalablement, il avait été demandé aux différents Comités Nationaux Olympiques (CNO) d'identifier tout athlète réfugié susceptible de pouvoir se qualifier pour les JO de Rio. Les 43 candidats identifiés au total avaient ensuite été aidés financièrement dans leurs préparatifs en vue de se qualifier pour le rendez-vous estival. Pour entrer en compte, un athlète devait avoir obtenu le statut officiel de réfugié. "Les dix athlètes retenus en définitive l'ont été sur la base de consultations menées avec les CNO des pays les accueillant, les Fédérations Internationales (FI), le HCR et les CNO de leur pays d'origine", sur base de critères dont le niveau sportif mais aussi le parcours personnel. Dans les 10 athlètes retenus figure un nageur réfugié en Belgique, le Syrien Rami Anis. Le groupe compte une majorité de ressortissants du Soudan du Sud, mais aussi un Ethiopien, deux Syriens (dont Anis) et deux Congolais. L'équipe aura, comme chaque nation, son propre encadrement. "Tegla Loroupe (Kenya), ancienne détentrice du record du monde du marathon, a été nommée chef de mission de l'équipe", précise le CIO. (Belga)

Lors du traditionnel défilé des nations de la cérémonie d'ouverture des Jeux, ce team de 10 athlètes défilera sous la bannière olympique juste derrière le pays-hôte, le Brésil, un symbole fort destiné à "envoyer un message d'espoir à tous les réfugiés du monde" et à "attirer l'attention de la planète sur l'ampleur de la crise" les concernant. Préalablement, il avait été demandé aux différents Comités Nationaux Olympiques (CNO) d'identifier tout athlète réfugié susceptible de pouvoir se qualifier pour les JO de Rio. Les 43 candidats identifiés au total avaient ensuite été aidés financièrement dans leurs préparatifs en vue de se qualifier pour le rendez-vous estival. Pour entrer en compte, un athlète devait avoir obtenu le statut officiel de réfugié. "Les dix athlètes retenus en définitive l'ont été sur la base de consultations menées avec les CNO des pays les accueillant, les Fédérations Internationales (FI), le HCR et les CNO de leur pays d'origine", sur base de critères dont le niveau sportif mais aussi le parcours personnel. Dans les 10 athlètes retenus figure un nageur réfugié en Belgique, le Syrien Rami Anis. Le groupe compte une majorité de ressortissants du Soudan du Sud, mais aussi un Ethiopien, deux Syriens (dont Anis) et deux Congolais. L'équipe aura, comme chaque nation, son propre encadrement. "Tegla Loroupe (Kenya), ancienne détentrice du record du monde du marathon, a été nommée chef de mission de l'équipe", précise le CIO. (Belga)