Cet événement n'est que la dernière victime des restrictions liées au virus, qui ont forcé l'annulation ou le report d'une série de qualifications et de tests olympiques. La compétition de water polo devait débuter samedi mais elle a été annulée en raison de la stricte réglementation japonaise en matière de voyages, qui interdit à pratiquement tous les ressortissants étrangers d'entrer dans le pays, ont rapporté les médias locaux. En raison de ces restrictions, les chronométreurs et les responsables de l'enregistrement des résultats qui devaient se rendre au Japon ne peuvent pas participer à l'événement, bien que l'agence de presse Kyodo ait indiqué qu'il pourrait être reporté à une date ultérieure. Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo se sont refusés à tout commentaire. Les épreuves tests des Jeux retardés par le virus ont repris le week-end dernier pour la première fois depuis le début de la pandémie, avec une épreuve de rugby en fauteuil roulant organisée au stade national Yoyogi de Tokyo. Mais des doutes subsistent quant à la possibilité d'organiser les 17 épreuves tests restantes, comme prévu. La semaine dernière, la Fédération internationale de natation (Fina) a ainsi déclaré qu'elle envisageait de déplacer ses épreuves de qualification olympique devant se tenir au Japon. Ces événements comprennent la Coupe du monde de plongeon prévue ce mois-ci et les qualifications de natation artistique prévues en mai. Le calendrier des compétitions de la FINA indique déjà que ces deux événements, ainsi que l'épreuve de natation de 10 km des 29 et 30 mai à Fukuoka, au sud du Japon, sont annulés. Lundi, l'Union japonaise de triathlon a également annoncé qu'une épreuve de la Coupe du monde qui devait se tenir à Osaka en mai avait été annulée en raison des restrictions liées au virus. Cette compétition, qui n'est pas un test olympique mais permet de décider quels athlètes se qualifieront pour les Jeux, devait rassembler 130 triathlètes de 30 pays différents. (Belga)

Cet événement n'est que la dernière victime des restrictions liées au virus, qui ont forcé l'annulation ou le report d'une série de qualifications et de tests olympiques. La compétition de water polo devait débuter samedi mais elle a été annulée en raison de la stricte réglementation japonaise en matière de voyages, qui interdit à pratiquement tous les ressortissants étrangers d'entrer dans le pays, ont rapporté les médias locaux. En raison de ces restrictions, les chronométreurs et les responsables de l'enregistrement des résultats qui devaient se rendre au Japon ne peuvent pas participer à l'événement, bien que l'agence de presse Kyodo ait indiqué qu'il pourrait être reporté à une date ultérieure. Les organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo se sont refusés à tout commentaire. Les épreuves tests des Jeux retardés par le virus ont repris le week-end dernier pour la première fois depuis le début de la pandémie, avec une épreuve de rugby en fauteuil roulant organisée au stade national Yoyogi de Tokyo. Mais des doutes subsistent quant à la possibilité d'organiser les 17 épreuves tests restantes, comme prévu. La semaine dernière, la Fédération internationale de natation (Fina) a ainsi déclaré qu'elle envisageait de déplacer ses épreuves de qualification olympique devant se tenir au Japon. Ces événements comprennent la Coupe du monde de plongeon prévue ce mois-ci et les qualifications de natation artistique prévues en mai. Le calendrier des compétitions de la FINA indique déjà que ces deux événements, ainsi que l'épreuve de natation de 10 km des 29 et 30 mai à Fukuoka, au sud du Japon, sont annulés. Lundi, l'Union japonaise de triathlon a également annoncé qu'une épreuve de la Coupe du monde qui devait se tenir à Osaka en mai avait été annulée en raison des restrictions liées au virus. Cette compétition, qui n'est pas un test olympique mais permet de décider quels athlètes se qualifieront pour les Jeux, devait rassembler 130 triathlètes de 30 pays différents. (Belga)