Bart De Clercq, 33 ans, avait effectué un passage de Lotto Soudal, où il a effectué pratiquement toute sa carrière, vers Wanty-Gobert fin 2017, mais son début d'année 2018 s'était soldée par une grave chute à l'entraînement. Conséquence: une fracture de la hanche qui l'obligera à porter une prothèse et qui l'empêchera de renouer avec le plus haut niveau. Raison pour laquelle le Flandrien a décidé de raccrocher le vélo, lui qui avait remporté une étape du Tour d'Italie en 2011 pour sa première année chez les pros. "C'est une décision un peu forcée, parce que j'aurais bien voulu poursuivre ma carrière pro, mais ma blessure à la hanche en a décidé autrement", a confié Bart De Clercq qui a remporté aussi une étape du Tour de Pologne en 2015, sa deuxième et dernière victoire. "Je reste sur une belle carrière. Je n'ai peut-être pas été un gros vainqueur, ni un coureur du top mondial, mais j'ai fait mon trou avec quelques coups d'éclat comme cette victoire au Giro", a ajouté encore l'homme, diplômé en éducation physique, qui n'envisage pas de devenir directeur sportif, laissant ouverte cependant quelques pistes dans le monde du vélo. Dix-sept équipes, mais aucune du WorldTour, seront au départ dimanche. Le dernier vainqueur, en 2012 à Aartselaar, fut le Néerlandais Theo Bos. Baptiste Planckaert (Wallonie-Bruxelles), Michael Van Staeyen (Roompot-Charles), le champion de Belgique Tim Merlier (Corendon-Circus), l'Italien Atillio Viviani (Cofidis), Christophe Noppe (Sport Vlaanderen-Baloise) et, donc, Bart De Clercq figurent parmi les prétendants et les engagés. (Belga)