Le projet de stade national auquel vous êtes si opposé semble bien avancé.

Un stade national est une idée complètement dépassée. L'actuel champion du monde et le précédent n'en ont pas. Est-ce la solution ultime ? Wembley est un hall événementiel, qui accueille des chiens et des poneys. Le Stade de France est déficitaire et pas un peu. Voulons-nous adopter la folie des grandeurs de la France ?

Anderlecht va y jouer, ce qui doit couvrir les frais.

Quiconque construit un stade doit payer, conformément au marché. On n'en est pas conscient ou on pense pouvoir contourner l'obstacle. L'Europe est très dure. Celui qui est avantagé au final doit payer, selon les lois du marché. L'Europe contraint Lille à allonger dix millions pour son stade. Je ne souhaite qu'une chose : qu'Anderlecht assume ses responsabilités et construise et finance son propre stade. C'est ce que veut l'Europe et c'est ce qui est fair-play envers chacun. Construire un stade national ne fait pas partie des tâches centrales de la fédération.

L'UEFA pourrait avoir rebattu les cartes.

Je siège au Comité Exécutif de la fédération et je n'ai encore jamais dû prendre parti pour ou contre un stade national. Je n'ai pas envie de m'étendre sur le sujet. Je veux que le football se porte bien et je répète que le football belge n'a pas besoin d'un stade national. Par contre, il a besoin d'une infrastructure professionnelle, dans le foot professionnel comme dans l'amateur. Je souhaite que chaque club ait un stade conforme à ses besoins et que l'équipe nationale se produise à tour de rôle dans les stades qui entrent en ligne de compte. Cela relève partout du sens commun, sauf ici. Je dis que d'autres intérêts entrent en compte, qui ne servent pas le football. Si Anderlecht veut un nouveau stade, il doit l'ériger avec ses propres moyens, comme le Club Bruges veut le faire. Comme Roger Lambrecht a construit sa propre tribune à Lokeren et comme Gand l'a fait.

Peter t'Kint et François Colin

Le projet de stade national auquel vous êtes si opposé semble bien avancé.Un stade national est une idée complètement dépassée. L'actuel champion du monde et le précédent n'en ont pas. Est-ce la solution ultime ? Wembley est un hall événementiel, qui accueille des chiens et des poneys. Le Stade de France est déficitaire et pas un peu. Voulons-nous adopter la folie des grandeurs de la France ?Anderlecht va y jouer, ce qui doit couvrir les frais.Quiconque construit un stade doit payer, conformément au marché. On n'en est pas conscient ou on pense pouvoir contourner l'obstacle. L'Europe est très dure. Celui qui est avantagé au final doit payer, selon les lois du marché. L'Europe contraint Lille à allonger dix millions pour son stade. Je ne souhaite qu'une chose : qu'Anderlecht assume ses responsabilités et construise et finance son propre stade. C'est ce que veut l'Europe et c'est ce qui est fair-play envers chacun. Construire un stade national ne fait pas partie des tâches centrales de la fédération.L'UEFA pourrait avoir rebattu les cartes.Je siège au Comité Exécutif de la fédération et je n'ai encore jamais dû prendre parti pour ou contre un stade national. Je n'ai pas envie de m'étendre sur le sujet. Je veux que le football se porte bien et je répète que le football belge n'a pas besoin d'un stade national. Par contre, il a besoin d'une infrastructure professionnelle, dans le foot professionnel comme dans l'amateur. Je souhaite que chaque club ait un stade conforme à ses besoins et que l'équipe nationale se produise à tour de rôle dans les stades qui entrent en ligne de compte. Cela relève partout du sens commun, sauf ici. Je dis que d'autres intérêts entrent en compte, qui ne servent pas le football. Si Anderlecht veut un nouveau stade, il doit l'ériger avec ses propres moyens, comme le Club Bruges veut le faire. Comme Roger Lambrecht a construit sa propre tribune à Lokeren et comme Gand l'a fait.Peter t'Kint et François Colin