L'objectif des trois grimpeurs belges est de se situer dans le top 8 (sur 20 athlètes au pied du mur) vendredi à l'issue des trois épreuves que compte le combiné, la vitesse, le bloc et la difficulté. En multipliant le résultat dans les trois disciplines, le classement déterminera les qualifié(e)s pour la finale samedi qui offrira à son vainqueur un dernier ticket pour les jeux Olympiques de Tokyo, du 23 juillet au 8 août prochain. Pour la première fois, l'escalade est au programme des JO, la fédération internationale (IFSC) ayant choisi le combiné comme formule de compétition. Dix-huit grimpeurs composeront le plateau olympique dans la capitale japonaise, tant chez les messieurs que chez les dames. Une chance réelle s'ouvre à Chloé Caulier et Nicolas Collin, un peu plus petite peut-être pour Simon Lorenzi qui réussirait déjà un exploit en se hissant en finale. "Il y aura de la concurrence, mais tous les trois en sont capables. Tout se jouera sur la fatigue, la peau, des détails", a commenté Marco Jubes, le coach de la délégation belge à la veille de ce combiné "plus fatiguant car il impose des changements de rythme". Chloé Caulier a fait l'impasse sur sa demi-finale en lead mercredi après avoir décroché la médaille d'argent en bloc, sa discipline de prédilection, et une 14e place en vitesse au premier jour de ces championnats d'Europe. Classée 5e au combiné malgré son renom en demi-finale pour préserver un genou blessé en septembre dernier et "être à 100% vendredi", la Jurbisienne a remis les anneaux olympiques dans sa ligne de mire. Chloé Caulier, 24 ans, a en effet les capacités de pouvoir détrôner les grimpeuses russes, favorites. La Hennuyère pourrait ainsi réaliser son rêve après une année 2019 marquée par un burn-out et un arrêt provisoire des compétitions. Nicolas Collin est en forme au bout moment. Le Bruxellois de 22 ans a conquis mercredi la médaille d'argent au lead (difficulté) et est le seul des qualifiés pour le combiné à avoir rejoint la finale dans chacune des trois disciplines (avec une 8e place à la vitesse et 5e au bloc). Il a fini en tête du classement des athlètes autorisés à disputer le combiné. Simon Lorenzi a pris la 13e place de la vitesse, la 15e du bloc et la 10e du lead, le Liégeois de 23 ans, est classé 15e. "Cinq jours d'affilée, c'est vraiment dur, mais j'ai l'habitude à l'entraînement de me pousser fort. Et je m'entraîne beaucoup pour ça", avait confié Nicolas Collin à l'IFSC mercredi. "Il n'y a pas eu beaucoup de compétitions cette année et ma motivation est énorme. Je ne suis pas encore en super, super forme, mais je m'amuse bien. C'est super funny. Je ne pense pas trop aux JO. C'est le plaisir de grimper qui compte et quand j'ai cet état d'esprit, je sais vraiment bien grimper. Donc, je préfère ne pas trop y penser. Si je suis qualifié, ce serait super cool et j'en profiterai à fond, si pas, c'est que cela devait être comme ça." Les qualifications pour le combiné auront lieu vendredi. La finale samedi. (Belga)

L'objectif des trois grimpeurs belges est de se situer dans le top 8 (sur 20 athlètes au pied du mur) vendredi à l'issue des trois épreuves que compte le combiné, la vitesse, le bloc et la difficulté. En multipliant le résultat dans les trois disciplines, le classement déterminera les qualifié(e)s pour la finale samedi qui offrira à son vainqueur un dernier ticket pour les jeux Olympiques de Tokyo, du 23 juillet au 8 août prochain. Pour la première fois, l'escalade est au programme des JO, la fédération internationale (IFSC) ayant choisi le combiné comme formule de compétition. Dix-huit grimpeurs composeront le plateau olympique dans la capitale japonaise, tant chez les messieurs que chez les dames. Une chance réelle s'ouvre à Chloé Caulier et Nicolas Collin, un peu plus petite peut-être pour Simon Lorenzi qui réussirait déjà un exploit en se hissant en finale. "Il y aura de la concurrence, mais tous les trois en sont capables. Tout se jouera sur la fatigue, la peau, des détails", a commenté Marco Jubes, le coach de la délégation belge à la veille de ce combiné "plus fatiguant car il impose des changements de rythme". Chloé Caulier a fait l'impasse sur sa demi-finale en lead mercredi après avoir décroché la médaille d'argent en bloc, sa discipline de prédilection, et une 14e place en vitesse au premier jour de ces championnats d'Europe. Classée 5e au combiné malgré son renom en demi-finale pour préserver un genou blessé en septembre dernier et "être à 100% vendredi", la Jurbisienne a remis les anneaux olympiques dans sa ligne de mire. Chloé Caulier, 24 ans, a en effet les capacités de pouvoir détrôner les grimpeuses russes, favorites. La Hennuyère pourrait ainsi réaliser son rêve après une année 2019 marquée par un burn-out et un arrêt provisoire des compétitions. Nicolas Collin est en forme au bout moment. Le Bruxellois de 22 ans a conquis mercredi la médaille d'argent au lead (difficulté) et est le seul des qualifiés pour le combiné à avoir rejoint la finale dans chacune des trois disciplines (avec une 8e place à la vitesse et 5e au bloc). Il a fini en tête du classement des athlètes autorisés à disputer le combiné. Simon Lorenzi a pris la 13e place de la vitesse, la 15e du bloc et la 10e du lead, le Liégeois de 23 ans, est classé 15e. "Cinq jours d'affilée, c'est vraiment dur, mais j'ai l'habitude à l'entraînement de me pousser fort. Et je m'entraîne beaucoup pour ça", avait confié Nicolas Collin à l'IFSC mercredi. "Il n'y a pas eu beaucoup de compétitions cette année et ma motivation est énorme. Je ne suis pas encore en super, super forme, mais je m'amuse bien. C'est super funny. Je ne pense pas trop aux JO. C'est le plaisir de grimper qui compte et quand j'ai cet état d'esprit, je sais vraiment bien grimper. Donc, je préfère ne pas trop y penser. Si je suis qualifié, ce serait super cool et j'en profiterai à fond, si pas, c'est que cela devait être comme ça." Les qualifications pour le combiné auront lieu vendredi. La finale samedi. (Belga)