Le Clasico a rendu son verdict. Egalité entre le Standard et Anderlecht, 1-1 (mi-temps: 1-0), qui a paru encore trop léger pour rivaliser dans pareil contexte, avant de malgré tout réussir à égaliser, dimanche après-midi pour le compte de la 19e journée de la Jupiler Pro League de football. Un résultat qui fera sans doute chaud aux coeurs des Anderlechtois. Mais qui les repousse à huit points du top-6, où les Rouches riquent à présent de se retrouver à dix points de Bruges (qui reçoit Malines à 18 heures), et à trois points de La Gantoise (en déplacement à Ostende à 20 heures)...

Sclessin en ébullition pour la deuxième fois en quatre jours, mais en espérant que la rencontre, qui débuta sous une épaisse fumée, ne devrait pas être arrêtée, comme lors de la précédente édition du Clasico.

Nacer Chadli, finalement indisponible, était en tribune, tandis que Felipe Avenatti doublait Renaud Emond, blessé, à la pointe de l'attaque locale.

L'Uruguayen alerta d'ailleurs d'emblée Hendrik Van Crombrugge, qui para sa reprise de la tête.

Elias Cobbaut eut également l'occasion de placer sa tête sur un corner d'Alexis Saelemaekers à la 11e.

Mais la précision n'y était pas.

Anderlecht, contraint à un impossible exploit dans l'enfer rouche, acculé en début de partie, avait réussi à équilibrer les échanges.

Maxime Lestienne, qui avait mystifié Sieben Dewaele, inquiéta toutefois Van Crombrugge, dont c'était déjà le deuxième sauvetage, à la 17e.

Le Standard avait remis la pression, et Lestienne, après avoir slalomé sur la ligne de fond, offrit une occasion unique à Amallah, qui réussit à ne pas en tirer profit (25e). Pas cette fois. Peut-être à cause de l'état pitoyable du terrain.

Anderlecht en voyait de toutes les couleurs, et Van Crombrugge dût s'employer une troisième fois pour s'opposer à un tir d'Aleksandar Boljevic, qui avait intercepté une mauvaise passe de Dewaele (29e).

On ne voyait pas très bien comment les mauves allaient réussir à atteindre la mi-temps sans dommage, dans cette tempête.

Et Amallah confirma d'ailleurs cette impression en exploitant cette fois parfaitement un bel assist de Gojko Cimirot (1-0, 40e).

Une réaction de la (trop ?) jeune garde anderlechtoise était attendue à la reprise.

Michel Preud'Homme fut contraint de remplacer Samuel Bastien, un de ses pions majeurs, blessé, par Dimitri Lavalée, dès la 55e, tandis que Yari Verschaeren, qui s'était tordu le pied, quittait le terrain en civière six minutes plus tard.

Un coup dur de chaque côté, donc, mais Anderlecht gagnait en expérience avec l'entrée d'Adrien Trebel sur la (mauvaise) pelouse.

Hasard ou non, mais l'égalité s'afficha peu après au marquoir, lorsque Kemar Roofe convertit à bout portant du crâne un centre de Derrick Luckassen dévié par Nicolas Gavory, qui avait surmonté Arnaud Bodart (1-1, 67e).

Exit Dewaele, en difficulté depuis le début de la partie sur son flanc gauche, qui écopa d'un deuxième carton jaune à la 72e, pour avoir renversé Boljevic.

Le coup-franc qui suivit, repris de la tête par Kostas Laifis, faillit être victorieux.

Amallah, contré par Van Crombrugge, manqua ensuite une deuxième fois l'immanquable, sur un service d'Avenatti à la 76e.

Anderlecht, en infériorité numérique, allait résister jusqu'au bout, au grand désespoir de Preud'Homme, qui aura vu s'envoler quatre points en deux Clasico.

Il n'y en aura sans doute pas de troisième cette saison, en championnat du moins.

Mais qui sait...

Le Clasico a rendu son verdict. Egalité entre le Standard et Anderlecht, 1-1 (mi-temps: 1-0), qui a paru encore trop léger pour rivaliser dans pareil contexte, avant de malgré tout réussir à égaliser, dimanche après-midi pour le compte de la 19e journée de la Jupiler Pro League de football. Un résultat qui fera sans doute chaud aux coeurs des Anderlechtois. Mais qui les repousse à huit points du top-6, où les Rouches riquent à présent de se retrouver à dix points de Bruges (qui reçoit Malines à 18 heures), et à trois points de La Gantoise (en déplacement à Ostende à 20 heures)... Sclessin en ébullition pour la deuxième fois en quatre jours, mais en espérant que la rencontre, qui débuta sous une épaisse fumée, ne devrait pas être arrêtée, comme lors de la précédente édition du Clasico. Nacer Chadli, finalement indisponible, était en tribune, tandis que Felipe Avenatti doublait Renaud Emond, blessé, à la pointe de l'attaque locale. L'Uruguayen alerta d'ailleurs d'emblée Hendrik Van Crombrugge, qui para sa reprise de la tête. Elias Cobbaut eut également l'occasion de placer sa tête sur un corner d'Alexis Saelemaekers à la 11e. Mais la précision n'y était pas. Anderlecht, contraint à un impossible exploit dans l'enfer rouche, acculé en début de partie, avait réussi à équilibrer les échanges. Maxime Lestienne, qui avait mystifié Sieben Dewaele, inquiéta toutefois Van Crombrugge, dont c'était déjà le deuxième sauvetage, à la 17e. Le Standard avait remis la pression, et Lestienne, après avoir slalomé sur la ligne de fond, offrit une occasion unique à Amallah, qui réussit à ne pas en tirer profit (25e). Pas cette fois. Peut-être à cause de l'état pitoyable du terrain. Anderlecht en voyait de toutes les couleurs, et Van Crombrugge dût s'employer une troisième fois pour s'opposer à un tir d'Aleksandar Boljevic, qui avait intercepté une mauvaise passe de Dewaele (29e). On ne voyait pas très bien comment les mauves allaient réussir à atteindre la mi-temps sans dommage, dans cette tempête. Et Amallah confirma d'ailleurs cette impression en exploitant cette fois parfaitement un bel assist de Gojko Cimirot (1-0, 40e). Une réaction de la (trop ?) jeune garde anderlechtoise était attendue à la reprise. Michel Preud'Homme fut contraint de remplacer Samuel Bastien, un de ses pions majeurs, blessé, par Dimitri Lavalée, dès la 55e, tandis que Yari Verschaeren, qui s'était tordu le pied, quittait le terrain en civière six minutes plus tard. Un coup dur de chaque côté, donc, mais Anderlecht gagnait en expérience avec l'entrée d'Adrien Trebel sur la (mauvaise) pelouse. Hasard ou non, mais l'égalité s'afficha peu après au marquoir, lorsque Kemar Roofe convertit à bout portant du crâne un centre de Derrick Luckassen dévié par Nicolas Gavory, qui avait surmonté Arnaud Bodart (1-1, 67e). Exit Dewaele, en difficulté depuis le début de la partie sur son flanc gauche, qui écopa d'un deuxième carton jaune à la 72e, pour avoir renversé Boljevic. Le coup-franc qui suivit, repris de la tête par Kostas Laifis, faillit être victorieux. Amallah, contré par Van Crombrugge, manqua ensuite une deuxième fois l'immanquable, sur un service d'Avenatti à la 76e. Anderlecht, en infériorité numérique, allait résister jusqu'au bout, au grand désespoir de Preud'Homme, qui aura vu s'envoler quatre points en deux Clasico. Il n'y en aura sans doute pas de troisième cette saison, en championnat du moins. Mais qui sait...