Van de Velde n'avait pas un objectif précis en tête. "Je me suis concentrée sur mon chrono, je ne visais pas un résultat particulier." Ce qui n'était pas toujours facile, car, originaire de Flandre Occidentale, elle évoluait à domicile. "L'ambiance était extraordinaire aujourd'hui. J'entendais le public, j'ai essayé de ne pas partir trop vite, de ne pas me faire transporter par l'enthousiasme du public, mais ce n'était pas facile. J'ai pensé à regarder mes watts. C'était une chouette expérience." "Chaque expérience à un Mondial est bonne à prendre en vue de l'avenir, pour la gestion du stress notamment", a-t-elle ajouté. L'autre Belge, Sara Van de Vel, a fini 30e, à 4:08. "Niveau watts, à première vue j'aurais préféré un peu plus", a confié Van de Vel, qui s'est consacrée au cyclisme à partir de 2020 après avoir été active dans le triathlon, où elle a notamment été championne de Belgique moyenne distance. "C'était dix kilomètres de plus qu'à l'Euro de Trente (où elle a fini 9e, ndlr). C'est nouveau pour moi. On va analyser ça avec mon entraîneur." "J'ai tout donné", a ajouté Van de Vel. "Je peux être heureuse, mais j'espérais aussi un autre résultat. Mais c'est une super expérience. Je dois être reconnaissante d'avoir pu disputer un Euro et un Mondial. J'ai encore à apprendre. L'an passé, c'était impressionnant, par exemple tous les gens qui prenaient soin de moi alors qu'au triathlon j'étais seule, c'était nouveau. Et cette fois, j'avais plus pris le rythme, je savais ce que je devais demander. Ce sont des petites choses qui éliminent le stress." Van de Vel a obtenu sa sélection grâce à son résultat à Trente, où elle a été la meilleure Belge parmi celles encore en lice pour participer aux Mondiaux. "J'avais mérité ma place et je n'avais pas besoin de pression supplémentaire. Je me suis concentrée sur moi-même", a expliqué celle qui est aussi une ancienne athlète. "J'ai vécu une année très enrichissante. J'ai commencé comme athlète en rêvant de disputer les haies dans un championnat du monde. Et aujourd'hui j'ai disputé un Mondial de cyclisme en Belgique. Je n'aurais pas osé le rêver il y a deux ans." (Belga)

Van de Velde n'avait pas un objectif précis en tête. "Je me suis concentrée sur mon chrono, je ne visais pas un résultat particulier." Ce qui n'était pas toujours facile, car, originaire de Flandre Occidentale, elle évoluait à domicile. "L'ambiance était extraordinaire aujourd'hui. J'entendais le public, j'ai essayé de ne pas partir trop vite, de ne pas me faire transporter par l'enthousiasme du public, mais ce n'était pas facile. J'ai pensé à regarder mes watts. C'était une chouette expérience." "Chaque expérience à un Mondial est bonne à prendre en vue de l'avenir, pour la gestion du stress notamment", a-t-elle ajouté. L'autre Belge, Sara Van de Vel, a fini 30e, à 4:08. "Niveau watts, à première vue j'aurais préféré un peu plus", a confié Van de Vel, qui s'est consacrée au cyclisme à partir de 2020 après avoir été active dans le triathlon, où elle a notamment été championne de Belgique moyenne distance. "C'était dix kilomètres de plus qu'à l'Euro de Trente (où elle a fini 9e, ndlr). C'est nouveau pour moi. On va analyser ça avec mon entraîneur." "J'ai tout donné", a ajouté Van de Vel. "Je peux être heureuse, mais j'espérais aussi un autre résultat. Mais c'est une super expérience. Je dois être reconnaissante d'avoir pu disputer un Euro et un Mondial. J'ai encore à apprendre. L'an passé, c'était impressionnant, par exemple tous les gens qui prenaient soin de moi alors qu'au triathlon j'étais seule, c'était nouveau. Et cette fois, j'avais plus pris le rythme, je savais ce que je devais demander. Ce sont des petites choses qui éliminent le stress." Van de Vel a obtenu sa sélection grâce à son résultat à Trente, où elle a été la meilleure Belge parmi celles encore en lice pour participer aux Mondiaux. "J'avais mérité ma place et je n'avais pas besoin de pression supplémentaire. Je me suis concentrée sur moi-même", a expliqué celle qui est aussi une ancienne athlète. "J'ai vécu une année très enrichissante. J'ai commencé comme athlète en rêvant de disputer les haies dans un championnat du monde. Et aujourd'hui j'ai disputé un Mondial de cyclisme en Belgique. Je n'aurais pas osé le rêver il y a deux ans." (Belga)