"Si nous sommes capables de gagner contre le Monténégro et la Russie, nous devons aussi être capables de battre la Lettonie", a estimé Philip Mestdagh, le sélectionneur national dimanche lors de la journée sans match. "Nous avons conquis deux victoires, mais nous ne sommes pas encore arrivés. On peut être premier ou 3e dans ce groupe. Comme lors de nos deux premiers matches, le départ sera très important. Si vous prenez dix points d'avance, vous obligez l'autre équipe à courir après le score. C'est dur mentalement, mais physiquement aussi. Cela coûte de l'énergie et vous perdez en lucidité dans le money-time". Par deux fois en effet, la Belgique a mené de plus de 10 points face au Monténégro (12) et la Russie (19) avant de voir son adversaire recoller, mais les derniers instants ont par deux fois été favorables à la Belgique. "La Lettonie, c'est un autre style que la Russie. Elles ont peut-être moins de taille, mais elles sont plus mobiles. Elles ont de bonnes joueuses qui sont aussi capables d'attaquer l'anneau. C'est donc vraiment difficile de défendre contre elles", poursuit Philip Mestdagh. "Elles jouent aussi très dur et sont très enthousiastes". La Belgique a remporté ses deux premiers matches à l'Euro, 66-64 face au Monténégro et 76-75 après prolongation face à la Russie. La Lettonie a été battue 59-71 par les Russes vendredi et a dominé ensuite le Monténégro samedi (76-55). Le premier du groupe est qualifié directement pour les quarts de finale. Le 2e et 3e de la poule jouent un barrage pour accéder au top 8 (contre le 3e et 2e du groupe C: France, Serbie, Grèce, Slovénie). Le 4e est éliminé. (Belga)

"Si nous sommes capables de gagner contre le Monténégro et la Russie, nous devons aussi être capables de battre la Lettonie", a estimé Philip Mestdagh, le sélectionneur national dimanche lors de la journée sans match. "Nous avons conquis deux victoires, mais nous ne sommes pas encore arrivés. On peut être premier ou 3e dans ce groupe. Comme lors de nos deux premiers matches, le départ sera très important. Si vous prenez dix points d'avance, vous obligez l'autre équipe à courir après le score. C'est dur mentalement, mais physiquement aussi. Cela coûte de l'énergie et vous perdez en lucidité dans le money-time". Par deux fois en effet, la Belgique a mené de plus de 10 points face au Monténégro (12) et la Russie (19) avant de voir son adversaire recoller, mais les derniers instants ont par deux fois été favorables à la Belgique. "La Lettonie, c'est un autre style que la Russie. Elles ont peut-être moins de taille, mais elles sont plus mobiles. Elles ont de bonnes joueuses qui sont aussi capables d'attaquer l'anneau. C'est donc vraiment difficile de défendre contre elles", poursuit Philip Mestdagh. "Elles jouent aussi très dur et sont très enthousiastes". La Belgique a remporté ses deux premiers matches à l'Euro, 66-64 face au Monténégro et 76-75 après prolongation face à la Russie. La Lettonie a été battue 59-71 par les Russes vendredi et a dominé ensuite le Monténégro samedi (76-55). Le premier du groupe est qualifié directement pour les quarts de finale. Le 2e et 3e de la poule jouent un barrage pour accéder au top 8 (contre le 3e et 2e du groupe C: France, Serbie, Grèce, Slovénie). Le 4e est éliminé. (Belga)