Morgan Lagravière, à bord de Safran, était en difficulté après avoir connu des soucis de pilote automatique durant la nuit, puis un safran (partie du gouvernail) endommagé et sorti de son socle, sans doute à cause d'un choc avec un OFNI. "Malheureusement, je n'ai pas de quoi réparer une telle avarie, c'est donc la fin pour moi", a indiqué le skipper à son équipe, jeudi après-midi. "Je veux cependant garder en tête les points positifs de cette aventure: 18 jours de course extraordinaires à bord d'un bateau très performant, avec lequel je suis toujours resté dans le coup. Ce parcours en solitaire a également été l'occasion d'apprendre un peu plus sur moi et sur ce qui est important dans la vie", a-t-il ajouté. Le jeune Français se dirige désormais vers Cape Town, en Afrique du Sud. Il s'agissait de sa première participation au Vendée Globe, qu'il quitte alors qu'il pointait en 4e position. (Belga)

Morgan Lagravière, à bord de Safran, était en difficulté après avoir connu des soucis de pilote automatique durant la nuit, puis un safran (partie du gouvernail) endommagé et sorti de son socle, sans doute à cause d'un choc avec un OFNI. "Malheureusement, je n'ai pas de quoi réparer une telle avarie, c'est donc la fin pour moi", a indiqué le skipper à son équipe, jeudi après-midi. "Je veux cependant garder en tête les points positifs de cette aventure: 18 jours de course extraordinaires à bord d'un bateau très performant, avec lequel je suis toujours resté dans le coup. Ce parcours en solitaire a également été l'occasion d'apprendre un peu plus sur moi et sur ce qui est important dans la vie", a-t-il ajouté. Le jeune Français se dirige désormais vers Cape Town, en Afrique du Sud. Il s'agissait de sa première participation au Vendée Globe, qu'il quitte alors qu'il pointait en 4e position. (Belga)