Après les victoires de Dylan Teuns au sommet de La Planche des Belles Filles et de Thomas De Gendt en solitaire à Saint-Etienne, Wout van Aert a donc mis une nouvelle fois le cyclisme belge au premier plan. Outre ces victoires, Greg Van Avermaet a porté le maillot à pois du meilleur grimpeur les deux premiers jours et l'a cédé ensuite à Tim Wellens, qui le possède toujours au soir de la première journée de repos. Wout van Aert a lui aussi porté un maillot distinctif, le blanc du meilleur jeune, pendant quatre étapes. Ces résultats ont permis à la Belgique d'être représentée, chaque jour depuis le départ à Bruxelles, sur le podium protocolaire de fin d'étape. Et la moisson n'est peut-être pas finie car Wout van Aert, récent champion de Belgique du contre-la-montre et vainqueur du chrono sur le Dauphiné, pourrait s'illustrer vendredi dans l'exercice individuel à Pau. Certaines arrivées, à commencer par celle qui se ponctue à Toulouse mercredi, pourraient encore sourire aux baroudeurs que sont Greg Van Avermaet, Tim Wellens ou encore Oliver Naesen et van Aert. En montagne, d'autres Belges sont susceptibles de jouer les premiers rôles. En effet, Serge Pauwels, Wellens, De Gendt ou Teuns, tous vainqueurs d'étape sur un grand tour, ou encore Tiesj Benoot, sont capables de s'imposer. En 2007, la Belgique avait remporté trois étapes avec Gert Steegmans, vainqueur au sprint à Gand, et Tom Boonen, victorieux lui aussi de sprints massifs à Bourg-en-Bresse puis à Castres. La Belgique était sevrée de succès sur la Grande Boucle depuis le triomphe de Thomas De Gendt sur les pentes du Mont Ventoux lors de la 12e étape du Tour 2016. (Belga)

Après les victoires de Dylan Teuns au sommet de La Planche des Belles Filles et de Thomas De Gendt en solitaire à Saint-Etienne, Wout van Aert a donc mis une nouvelle fois le cyclisme belge au premier plan. Outre ces victoires, Greg Van Avermaet a porté le maillot à pois du meilleur grimpeur les deux premiers jours et l'a cédé ensuite à Tim Wellens, qui le possède toujours au soir de la première journée de repos. Wout van Aert a lui aussi porté un maillot distinctif, le blanc du meilleur jeune, pendant quatre étapes. Ces résultats ont permis à la Belgique d'être représentée, chaque jour depuis le départ à Bruxelles, sur le podium protocolaire de fin d'étape. Et la moisson n'est peut-être pas finie car Wout van Aert, récent champion de Belgique du contre-la-montre et vainqueur du chrono sur le Dauphiné, pourrait s'illustrer vendredi dans l'exercice individuel à Pau. Certaines arrivées, à commencer par celle qui se ponctue à Toulouse mercredi, pourraient encore sourire aux baroudeurs que sont Greg Van Avermaet, Tim Wellens ou encore Oliver Naesen et van Aert. En montagne, d'autres Belges sont susceptibles de jouer les premiers rôles. En effet, Serge Pauwels, Wellens, De Gendt ou Teuns, tous vainqueurs d'étape sur un grand tour, ou encore Tiesj Benoot, sont capables de s'imposer. En 2007, la Belgique avait remporté trois étapes avec Gert Steegmans, vainqueur au sprint à Gand, et Tom Boonen, victorieux lui aussi de sprints massifs à Bourg-en-Bresse puis à Castres. La Belgique était sevrée de succès sur la Grande Boucle depuis le triomphe de Thomas De Gendt sur les pentes du Mont Ventoux lors de la 12e étape du Tour 2016. (Belga)