"Chez Mats Hummels, c'est le tendon rotulien (genou) qui s'est rappelé à son bon souvenir, chez Robin Gosens ce sont les adducteurs, et chez Ilkay Gündogan un mollet après un coup", a détaillé Löw, "nous ne voulions prendre aucun risque". "Lorsqu'il s'agit de problèmes musculaires, le danger est toujours imminent, mais il n'y a rien de dramatique. Si tout va bien, nous les aurons récupérés pour la semaine prochaine" et le dernier match de poule contre la Hongrie mercredi, a poursuivi le coach. Gosens, désigné "homme du match" par l'UEFA, a confirmé une petite douleur aux adducteurs: "Je suis sorti à temps", a-t-il ajouté, visiblement pas du tout inquiet. L'Allemagne, qui s'est relancée en battant le Portugal après sa défaite inaugurale contre la France (1-0), sera sûre de se qualifier pour les huitièmes de finale en cas de victoire sur la Hongrie mercredi et peut même valider son billet sans l'emporter, en fonction des autres résultats. (Belga)

"Chez Mats Hummels, c'est le tendon rotulien (genou) qui s'est rappelé à son bon souvenir, chez Robin Gosens ce sont les adducteurs, et chez Ilkay Gündogan un mollet après un coup", a détaillé Löw, "nous ne voulions prendre aucun risque". "Lorsqu'il s'agit de problèmes musculaires, le danger est toujours imminent, mais il n'y a rien de dramatique. Si tout va bien, nous les aurons récupérés pour la semaine prochaine" et le dernier match de poule contre la Hongrie mercredi, a poursuivi le coach. Gosens, désigné "homme du match" par l'UEFA, a confirmé une petite douleur aux adducteurs: "Je suis sorti à temps", a-t-il ajouté, visiblement pas du tout inquiet. L'Allemagne, qui s'est relancée en battant le Portugal après sa défaite inaugurale contre la France (1-0), sera sûre de se qualifier pour les huitièmes de finale en cas de victoire sur la Hongrie mercredi et peut même valider son billet sans l'emporter, en fonction des autres résultats. (Belga)