Depuis l'année dernière, c'est l'issue de la manche finale qui décide du vainqueur et non plus le classement général final. A Zürich, le 1.500 mètres vaudra assurément le détour malgré l'absence du Norvégien Jakob Ingebrigtsen, 17 ans et déjà champion d'Europe, forfait à cause d'un mal de gorge. La course verra les deux Kenyans Elijah Manangoi et Timothy Cheruiyot, les deux seuls à avoir couru en moins de 3:30 cette saison, se disputer le sacre. Le Letzigrund risque de sonner un peu creux, faute non seulement d'un leader charismatique de l'envergure d'Usain Bolt mais aussi de l'absence de quelques étoiles montantes. En effet, le Qatarien Abderrahman Samba, le 2e homme dans l'histoire sous les 47 secondes sur 400 m haies (46.98, le 30 juin à Paris), a donné la priorité aux Jeux asiatiques. On ajoutera aussi les indisponibilités du Sud-Africain Wayde Van Niekerk, détenteur du record du monde du 400 m (43.03), et du sprinteur canadien Andre De Grasse, tous deux gênés cette saison par des problèmes physiques. Sur 200 mètres, l'Américain Noah Lyles (21 ans), invaincu sur 200 m en Ligue de Diamant, défiera le Turc Ramil Guliyev, médaillé d'or à Berlin. Le duel sur 100 mètres entre la Britannique Dina Asher-Smith et l'Ivoirienne Marie-José Ta Lou, qui codétiennent en 10.85 la meilleure performance mondiale 2018, s'annonce indécis. Enfin, Sifan Hassan tentera de s'imposer sur le 5.000 m à Zürich puis le lendemain à Bruxelles sur le 1.500 m. Elle sera imitée par Schippers (100/200 m) et Ibargüen (triple saut/longueur). (Belga)

Depuis l'année dernière, c'est l'issue de la manche finale qui décide du vainqueur et non plus le classement général final. A Zürich, le 1.500 mètres vaudra assurément le détour malgré l'absence du Norvégien Jakob Ingebrigtsen, 17 ans et déjà champion d'Europe, forfait à cause d'un mal de gorge. La course verra les deux Kenyans Elijah Manangoi et Timothy Cheruiyot, les deux seuls à avoir couru en moins de 3:30 cette saison, se disputer le sacre. Le Letzigrund risque de sonner un peu creux, faute non seulement d'un leader charismatique de l'envergure d'Usain Bolt mais aussi de l'absence de quelques étoiles montantes. En effet, le Qatarien Abderrahman Samba, le 2e homme dans l'histoire sous les 47 secondes sur 400 m haies (46.98, le 30 juin à Paris), a donné la priorité aux Jeux asiatiques. On ajoutera aussi les indisponibilités du Sud-Africain Wayde Van Niekerk, détenteur du record du monde du 400 m (43.03), et du sprinteur canadien Andre De Grasse, tous deux gênés cette saison par des problèmes physiques. Sur 200 mètres, l'Américain Noah Lyles (21 ans), invaincu sur 200 m en Ligue de Diamant, défiera le Turc Ramil Guliyev, médaillé d'or à Berlin. Le duel sur 100 mètres entre la Britannique Dina Asher-Smith et l'Ivoirienne Marie-José Ta Lou, qui codétiennent en 10.85 la meilleure performance mondiale 2018, s'annonce indécis. Enfin, Sifan Hassan tentera de s'imposer sur le 5.000 m à Zürich puis le lendemain à Bruxelles sur le 1.500 m. Elle sera imitée par Schippers (100/200 m) et Ibargüen (triple saut/longueur). (Belga)