Le skipper liégeois a traversé l'archipel des îles Canaries, ayant "privilégié l'option Ouest, là où de nombreux autres Class40 ont préféré prendre une option plus vers l'Est", renseigne son équipe sur les réseaux sociaux. Jonas Gerckens et Benoit Hantzperg sont à 27,4 milles nautiques (environ 50,7 km) du bateau Redman du Français Antoine Carpentier et de l'Espagnol Pablo Santurde Del Arco qui se trouvent, eux, à 2.889 milles de l'arrivée (environ 5350 km) en Martinique, à Fort-de-France. Le Suisse Banque du Léman (Valentin Gautier et Simon Koster) occupe la 2e place à 9,1 milles des leaders (16,8 km environ). "Cela se passe plutôt bien, le bateau Volvo est en pleine forme. On essaie de bien faire marcher tout ça", a déclaré Jonas Gerckens dans une vidéo lundi et qui met le cap sur le Cap Vert. En Imoca (monocoque de 18m), les Français Charlie Dalin et Paul Meilhat, sur Apivia, mènent la flotte et s'approchent du Cap Vert. Denis Van Weynbergh avec un autre Français, Tanguy Le Turquis, pointent leur bateau Les Laboratoires de Biarritz -No Limit 4US à la 18e place à 494,6 miles (environ 916 km) des leaders, en progrès d'une position. "Navigation au milieu des îles Canaries avec un zigzag entre Las Palmas et La Gomera, pour soit profiter de l'accélération du vent de Nord-Est, soit pour ne pas se faire engluer dans le dévent d'une île", a précisé de son côté Denis Van Weynbergh sur les réseaux sociaux. Les Français Franck Cammas et Charles Caudrelier, à bord de leur maxi-trimaran volant Maxi Edmond de Rothschild, emmènent la flotte de cette 15e édition de cette Transat Jacques Vabre. Ils ont été les premiers à sortir du terrible pot au noir dans la classe Ultim (32 m), la plus rapide de la flotte, qui emprunte un parcours nettement plus long que les trois autres classes (Ocean Fifty, Imoca et Class 40) pour proposer une arrivée groupée en Martinique. Ils sont 79 bateaux à avoir pris le départ du Havre le 7 novembre. (Belga)

Le skipper liégeois a traversé l'archipel des îles Canaries, ayant "privilégié l'option Ouest, là où de nombreux autres Class40 ont préféré prendre une option plus vers l'Est", renseigne son équipe sur les réseaux sociaux. Jonas Gerckens et Benoit Hantzperg sont à 27,4 milles nautiques (environ 50,7 km) du bateau Redman du Français Antoine Carpentier et de l'Espagnol Pablo Santurde Del Arco qui se trouvent, eux, à 2.889 milles de l'arrivée (environ 5350 km) en Martinique, à Fort-de-France. Le Suisse Banque du Léman (Valentin Gautier et Simon Koster) occupe la 2e place à 9,1 milles des leaders (16,8 km environ). "Cela se passe plutôt bien, le bateau Volvo est en pleine forme. On essaie de bien faire marcher tout ça", a déclaré Jonas Gerckens dans une vidéo lundi et qui met le cap sur le Cap Vert. En Imoca (monocoque de 18m), les Français Charlie Dalin et Paul Meilhat, sur Apivia, mènent la flotte et s'approchent du Cap Vert. Denis Van Weynbergh avec un autre Français, Tanguy Le Turquis, pointent leur bateau Les Laboratoires de Biarritz -No Limit 4US à la 18e place à 494,6 miles (environ 916 km) des leaders, en progrès d'une position. "Navigation au milieu des îles Canaries avec un zigzag entre Las Palmas et La Gomera, pour soit profiter de l'accélération du vent de Nord-Est, soit pour ne pas se faire engluer dans le dévent d'une île", a précisé de son côté Denis Van Weynbergh sur les réseaux sociaux. Les Français Franck Cammas et Charles Caudrelier, à bord de leur maxi-trimaran volant Maxi Edmond de Rothschild, emmènent la flotte de cette 15e édition de cette Transat Jacques Vabre. Ils ont été les premiers à sortir du terrible pot au noir dans la classe Ultim (32 m), la plus rapide de la flotte, qui emprunte un parcours nettement plus long que les trois autres classes (Ocean Fifty, Imoca et Class 40) pour proposer une arrivée groupée en Martinique. Ils sont 79 bateaux à avoir pris le départ du Havre le 7 novembre. (Belga)