Cinq mois après avoir dû quitter Anderlecht pour laisser le costume de coach à Vincent Kompany, le triple champion de Belgique est de retour sur un banc de Pro League. Pour la première fois depuis 2011, le Petit Prince du Parc s'installe avec les pleins pouvoirs sur un banc du top de l'élite nationale. L'occasion d'évoquer en trois questions cette nomination, et ce qu'elle augure pour la suite de la saison du Great Old.
...

Cinq mois après avoir dû quitter Anderlecht pour laisser le costume de coach à Vincent Kompany, le triple champion de Belgique est de retour sur un banc de Pro League. Pour la première fois depuis 2011, le Petit Prince du Parc s'installe avec les pleins pouvoirs sur un banc du top de l'élite nationale. L'occasion d'évoquer en trois questions cette nomination, et ce qu'elle augure pour la suite de la saison du Great Old.Pourquoi choisir l'Antwerp après avoir décliné les approches de Genk et du Standard?Après la fin de son aventure anderlechtoise, Vercauteren est retourné en Russie pour y retrouver sa famille. L'hypothèse d'un retour au pays était donc envisagée avec soin. C'est ainsi qu'au moment du licenciement d'Hannes Wolf à Genk, alors qu'il a été sondé par la direction limbourgeoise qui en avait fait sa priorité, il a décliné l'offre pour privilégier sa situation personnelle, mais aussi en raison d'un noyau qu'il ne jugeait pas suffisamment armé pour jouer les premiers rôles.Quand le Standard s'est séparé de Philippe Montanier, l'homme au sang mauve s'est aussi retrouvé en haut de la liste des candidats de la direction rouche. Au final, les discussions n'ont même pas eu le temps d'arriver à d'éventuelles considérations financières, puisqu'après une brève réflexion, Vercauteren n'a pas jugé opportun d'ouvrir les négociations. Pour le sortir de sa tanière russe, il fallait bien l'ambitieux Antwerp, et un Paul Gheysens capable d'affréter son jet privé pour un voyage éclair depuis la Russie, là où le coach devait encore régler quelques dernières affaires privées avant d'envisager un retour au pays. Le mariage semble parfait, parce que l'Antwerp veut jouer pour des trophées et Vercauteren a déjà prouvé qu'il pouvait être l'homme de la situation dans ce genre de scénario.Pourquoi est-il redevenu l'entraîneur à la mode l'entraîneur chez les clubs du top belge ?Presque blacklisté par la D1 belge, au point d'avoir passé la majeure partie des dernières années dans l'antichambre de l'élite pour une mission promotion au Cercle puis un rôle de conseiller à Den Dreef, Vercauteren semble être redevenu un homme convoité suite à sa collaboration avec Vincent Kompany à Bruxelles. Comme si ces quelques mois avaient permis aux dirigeants des meilleurs clubs du pays de se rappeler l'impressionnant CV de Frankie, mais aussi de constater que sa communication était devenue beaucoup plus réfléchie et apaisée.En cours de saison, là où le temps d'adaptation est particulièrement précieux, tous sont visiblement convaincus que sa connaissance du championnat belge et de ses particularités, atout qui lui avait permis d'accumuler rapidement des points lors de son retour à Anderlecht voici un peu plus d'un an, en font le candidat idéal pour une mission qui mêle urgence et ambition.Peut-il faire mieux qu'Ivan Leko à la tête du Great Old ?Les circonstances de son arrivée sont en tout cas idéales pour performer. Pas toujours à l'aise dans le travail des circuits offensifs, Vercauteren pourra profiter dans ce registre du travail minutieux réalisé par son prédécesseur. À l'inverse, il tentera sans doute d'axer son équipe sur une plus grande solidité défensive, là où elle a souvent semblé trop exposée aux joueurs offensifs adverses dans les matches au sommet sous les ordres d'Ivan Leko. L'Antwerp risque d'être une équipe moins spectaculaire, moins fascinante tactiquement, mais pourrait bien devenir plus efficace avec un bloc compact qui permettra aux nombreux joueurs offensifs du noyau de s'exprimer avec de l'espace pour réaliser l'un ou l'autre exploit individuel en reconversion. La course aux play-offs 1 ne semble, quoi qu'il en soit, pas ralentie par ce choix.