"C'était un match vraiment spécial et je ne peux qu'être fières de mes joueuses. Le premier quart temps n'était pas top, puis j'ai fait monter Jana Raman et Hanne Mestdagh et le match a basculé. Nous avons retrouvé notre fluidité et le jeu présenté lors de la Coupe du monde à Tenerife en 2018. Comme coach, je ne peux évidemment qu'espérer cela pour demain. Il y a de la fatigue, on l'a vu en fin de match, cela a ajouté un peu de suspens à la rencontre", a analysé Philip Mestdagh avec un large sourire. "Cela dit, il faut prendre cette adrénaline et cette énergie avec nous pour demain (dimanche, contre la Suède, ndlr), car on peut savourer la victoire, être content de notre match, mais nous n'avons encore rien. Il faut finir le job. Ce sera une vraie finale." Les cadres retrouvées, avec aussi une imposante Kyara Linskens (14 pts, 5 rbds), Philip Mestdagh a pu en effet compter sur Jana Raman, 28 ans, comme facteur X dans cette rencontre. L'ailière de Valence aura mis 16 points, délivré 4 assists et pris 6 rebonds. Son entente avec Emma Meesseman aura en outre été plus qu'efficace dans les moments clés. "On a joué en équipe et cela a été le point le plus important", a estimé la joueuse gantoise. "Un peu dans le style de notre Coupe du monde et cela fait du bien pour tout le monde. C'était un gros match. Il y avait de l'énergie. C'est fantastique de jouer devant un tel en public, chez soi, en Belgique. C'est un rêve. Le public nous a donné de l'énergie, mais nous l'avons prise avec nous aussi. J'ai fait un bon match, mais c'est surtout grâce au fait que cela tournait bien dans l'équipe. Il y avait une très bonne symbiose au sein du groupe et j'ai profité de cela. J'ai eu l'opportunité de jouer et j'ai saisi l'occasion. Demain (dimanche) sera de nouveau un match très difficile, mais il faut reproduire ce que nous avons montré aujourd'hui." (Belga)

"C'était un match vraiment spécial et je ne peux qu'être fières de mes joueuses. Le premier quart temps n'était pas top, puis j'ai fait monter Jana Raman et Hanne Mestdagh et le match a basculé. Nous avons retrouvé notre fluidité et le jeu présenté lors de la Coupe du monde à Tenerife en 2018. Comme coach, je ne peux évidemment qu'espérer cela pour demain. Il y a de la fatigue, on l'a vu en fin de match, cela a ajouté un peu de suspens à la rencontre", a analysé Philip Mestdagh avec un large sourire. "Cela dit, il faut prendre cette adrénaline et cette énergie avec nous pour demain (dimanche, contre la Suède, ndlr), car on peut savourer la victoire, être content de notre match, mais nous n'avons encore rien. Il faut finir le job. Ce sera une vraie finale." Les cadres retrouvées, avec aussi une imposante Kyara Linskens (14 pts, 5 rbds), Philip Mestdagh a pu en effet compter sur Jana Raman, 28 ans, comme facteur X dans cette rencontre. L'ailière de Valence aura mis 16 points, délivré 4 assists et pris 6 rebonds. Son entente avec Emma Meesseman aura en outre été plus qu'efficace dans les moments clés. "On a joué en équipe et cela a été le point le plus important", a estimé la joueuse gantoise. "Un peu dans le style de notre Coupe du monde et cela fait du bien pour tout le monde. C'était un gros match. Il y avait de l'énergie. C'est fantastique de jouer devant un tel en public, chez soi, en Belgique. C'est un rêve. Le public nous a donné de l'énergie, mais nous l'avons prise avec nous aussi. J'ai fait un bon match, mais c'est surtout grâce au fait que cela tournait bien dans l'équipe. Il y avait une très bonne symbiose au sein du groupe et j'ai profité de cela. J'ai eu l'opportunité de jouer et j'ai saisi l'occasion. Demain (dimanche) sera de nouveau un match très difficile, mais il faut reproduire ce que nous avons montré aujourd'hui." (Belga)