Comme ses coéquipières des Belgian Cats victorieuses face au Japon (92-84) samedi à Ostende lors du deuxième match des Belges au tournoi de qualification olympique, l'intérieure flandrienne a mis quelques minutes à rentrer dans la partie avant de se libérer du marquage des Japonaises. "Il faut comprendre que c'est une équipe avec un style très différent du jeu européen", a expliqué Emma Meesseman. "On peut préparer la rencontre aussi bien que l'on veut, ce n'est pas ce à quoi nous sommes habitués face à des équipes européennes. Une fois que l'on a bien compris comment défendre, comment jouer, cela a été. C'est évidemment très important de prendre avec nous ses bonnes sensations avant le match de demain (contre la Suède, ndlr). Mais il ne faut pas croire que parce que l'on a bien joué contre le Japon, cela va être le même contre les Suédoises. Contre le Canada, nous avons manqué une mi-temps. On a manqué un quart temps contre les Japonaises. Il faudra jouer 40 minutes notre dernier match, car on a vu aussi en fin de match contre les Japonaises notre niveau de fatigue qui a permis au Japon de mettre ses shoots à trois points." La Belgique a en effet développé un jeu proche de son niveau de la Coupe du monde à Tenerife où les Belgian Cats avaient conquis - en faisant le spectacle - la 4e place, mais pour Emma Meesseman, son équipe peut mieux encore. "Nous étions proche de notre niveau de la Coupe du monde, mais pas encore tout à fait, en tous cas pas pendant tout le match. Il faut continuer à bien bouger durant tout le match et tenir jusqu'à la 40e minute pour éviter ce que l'on a vu en fin de match contre le Japon". (Belga)

Comme ses coéquipières des Belgian Cats victorieuses face au Japon (92-84) samedi à Ostende lors du deuxième match des Belges au tournoi de qualification olympique, l'intérieure flandrienne a mis quelques minutes à rentrer dans la partie avant de se libérer du marquage des Japonaises. "Il faut comprendre que c'est une équipe avec un style très différent du jeu européen", a expliqué Emma Meesseman. "On peut préparer la rencontre aussi bien que l'on veut, ce n'est pas ce à quoi nous sommes habitués face à des équipes européennes. Une fois que l'on a bien compris comment défendre, comment jouer, cela a été. C'est évidemment très important de prendre avec nous ses bonnes sensations avant le match de demain (contre la Suède, ndlr). Mais il ne faut pas croire que parce que l'on a bien joué contre le Japon, cela va être le même contre les Suédoises. Contre le Canada, nous avons manqué une mi-temps. On a manqué un quart temps contre les Japonaises. Il faudra jouer 40 minutes notre dernier match, car on a vu aussi en fin de match contre les Japonaises notre niveau de fatigue qui a permis au Japon de mettre ses shoots à trois points." La Belgique a en effet développé un jeu proche de son niveau de la Coupe du monde à Tenerife où les Belgian Cats avaient conquis - en faisant le spectacle - la 4e place, mais pour Emma Meesseman, son équipe peut mieux encore. "Nous étions proche de notre niveau de la Coupe du monde, mais pas encore tout à fait, en tous cas pas pendant tout le match. Il faut continuer à bien bouger durant tout le match et tenir jusqu'à la 40e minute pour éviter ce que l'on a vu en fin de match contre le Japon". (Belga)